Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

FRANCE

700 000 euros de récompense pour les bijoux d'Harry Winston

Dernière modification : 09/12/2008

Les Lloyd's de Londres offrent un million de dollars, soit 700 000 euros, à la "première personne qui permettra de retrouver" les 85 millions d'euros de bijoux volés à la joaillerie Harry Winston, sise avenue Montaigne à Paris.

AFP - A braquage record, récompense record : les Lloyd's de Londres offrent un million de dollars (700.000 euros) à la "première personne qui permettra de retrouver" les 85 millions d'euros de bijoux volés vendredi à la joaillerie Harry Winston à Paris.

Cette récompense, a précisé lundi soir à l'AFP le cabinet S.W. Associates missionné par les Llyod's, sera d'un "maximum d'un million de dollars ou calculée au prorata des bijoux retrouvés et sera remise à la première personne qui donnera une information permettant de retrouver les bijoux".

Le préjudice du braquage avait été estimé à 85 millions d'euros par la célèbre maison américaine, un record toutes catégories pour un vol en France.

Lors du premier braquage qui avait visé, le 6 octobre 2007, la même boutique de luxe pour un butin de 20 millions d'euros, les Lloyd's avaient alors offert une récompense 500.000 dollars (près de 400.000 euros à l'époque).

Il n'y a pour le moment aucune trace de ces bijoux, volés il y a 14 mois.

Les policiers de la Brigade de répression du banditisme chargés de l'enquête ont entamé dès vendredi soir une enquête "longue et difficile" pour remonter vers les quatre auteurs du hold-up.

En un quart d'heure vendredi en fin d'après-midi, les malfaiteurs armés, dont trois étaient déguisés en femme et qui connaissaient les noms de certains employés, leur adresse personnelle et l'emplacement exact des coffres-forts, avaient fait main basse sur 85 millions d'euros de bijoux.

Le degré de renseignement des braqueurs laisse penser qu'ils avaient effectué des repérages de cette joaillerie de l'avenue Montaigne (VIIIe), en plein Triangle d'or de Paris.

Les malfaiteurs connaissant "très bien les lieux", les enquêteurs s'interrogent sur d'éventuelles complicités internes et sur un lien possible avec le braquage du 6 octobre 2007.

S'agit-il de la même équipe, sont-ils en lien? Les enquêteurs n'écartent aucune piste, du grand banditisme français à des ressortissants de pays de l'Est du type des "Pink Panthers", selon une source proche du dossier.

Mais à la différence de cette organisation criminelle internationale spécialisée dans les braquages de bijouterie, les braqueurs de la joaillerie Harry Winston s'exprimaient en français, teinté d'accent slave, et leur mode opératoire était moins violent que celui des "Pink Panthers".

 

Première publication : 09/12/2008

COMMENTAIRE(S)