Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

France : une rentrée politique sous le signe de la division

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux : "La loi Macron est insuffisante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : La Nouvelle-Orléans en pleine renaissance artistique

En savoir plus

FOCUS

Le secteur pharmaceutique indien entaché par des scandales

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Dix ans après Katrina, la Nouvelle-Orléans vibre à nouveau

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Delerm, l'amoureux de la vie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Peter Gumbel : "En France, les inégalités à l'école sont croissantes"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bernardino Leon : "Un accord en Libye est possible autour du 10 septembre"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort en direct"

En savoir plus

Economie

Ghosn s'apprête à cumuler les postes au sein du groupe Renault

Dernière modification : 10/12/2008

En mai, l'actuel président de Renault et PDG de Nissan, Carlos Ghosn, cumulera également le poste de président-directeur général du constructeur français et la présidence du conseil d'administration, que Louis Schweitzer laissera vacante.

AFP - Le président de Renault, Carlos Ghosn, sera nommé président-directeur général du groupe en mai et cumulera cette fonction avec la présidence du conseil d'administration que l'ancien PDG Louis Schweitzer quittera à cette date, a annoncé le constructeur mercredi, dans un communiqué.

Renault a indiqué que lors du conseil d’administration du groupe réuni mercredi, M. Schweitzer, président du conseil d’administration, avait "confirmé qu’il ne solliciterait pas le renouvellement de son mandat d’administrateur lors de l’assemblée générale des actionnaires du 6 mai 2009".

"A cette date, il sera proposé au conseil d’administration une évolution de la gouvernance; Carlos Ghosn serait nommé président-directeur général, et exercerait en plus de ses responsabilités actuelles, la présidence du conseil d’administration", ajoute le communiqué.

Renault souligne que le conseil d'administration "a rendu hommage à Louis Louis Schweitzer pour son action au cours des 17 années pendant lesquelles il a présidé le conseil d’administration, d’abord comme président-directeur général jusqu’en 2005 puis comme président non-exécutif".

Président de Renault depuis depuis mai 2005, Carlos Ghosn est aussi président-directeur général de Nissan Motor depuis 2001.

Au sein de Renault, il a délégué la responsabilité opérationnelle en octobre dernier à un numéro deux, le directeur général délégué Patrick Pelata, en conservant lui-même "les décisions stratégiques, ainsi que le suivi des questions financières et des affaires publiques". Chez Nissan, il avait également nommé en 2005 un numéro deux, Toshiyuki Shiga.

Le retour au cumul des postes de président exécutif du groupe et de président du conseil d'administration de Renault, symbolisé par le titre de PDG que prendra Carlos Ghosn, était "une décision envisagée dans la logique de la transition progressive" engagée en 2005 lorsque que M. Ghosn avait succédé à M. Schweitzer comme patron du groupe, a-t-on expliqué chez Renault.

Louis Schweitzer, après avoir été PDG de Renault de mai 1992 à avril 2005, avait continué ensuite à exercer la présidence du conseil d'administration du groupe, alors que Carlos Ghosn prenait sa succession comme patron de Renault. M. Schweitzer avait aussi été président du directoire de l'Alliance Renault-Nissan de mai 2002 à avril 2005.

M. Schweitzer, 66 ans, est président de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations) depuis mars 2005 pour un mandat de cinq ans. En février 2008, il a pris la tête du conseil de surveillance du Monde. M. Schweitzer préside aussi le conseil d'administration d'Astra-Zenaca et est administrateur de plusieurs autres sociétés (BNP Paribas, AB Volvo, Veolia Environnement, l'Oréal).

Renault précise qu'il sera proposé à l'assemblée générale du 6 mai la nomination d'un "administrateur indépendant ayant une grande expérience internationale" pour remplacer à M. Schweitzer, ce qui accroîtra le nombre d'administrateurs indépendants au sein du conseil.
 

Première publication : 10/12/2008

COMMENTAIRE(S)