Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Le gouverneur de l'Illinois monnaie le siège d'Obama au Sénat

Vidéo par Meriem Amellal

Dernière modification : 10/12/2008

Le gouverneur démocrate Rod Blagojevich et son directeur de cabinet, John Harris, sont accusés d'avoir tenté de vendre le siège au Sénat du démocrate Barack Obama après son élection. Libéré sous caution, il refuse de démissionner.

AFP - Le gouverneur de l'Illinois Rod Blagojevich a été arrêté mardi, soupçonné d'avoir tenté de monnayer le siège vacant au Sénat américain du président élu Barack Obama, un scandale "stupéfiant" de corruption qui éclabousse de nouveau cet Etat du nord.

Le gouverneur démocrate, 51 ans, et son directeur de cabinet de 46 ans, John Harris, qui ont été inculpés de tentative de fraude et de corruption, sont également accusés d'avoir menacé de suspendre l'aide de l'Etat de l'Illinois au groupe de presse du Chicago Tribune afin de "provoquer une purge des éditorialistes du journal", selon un communiqué du bureau du procureur.

M. Blagojevich, qui risque jusqu'à 30 ans de prison, a été libéré en échange d'une caution de 4.500 dollars.

Son bureau n'a commenté ni les accusations, ni les appels à la démission dont il fait l'objet, indiquant uniquement que les allégations à son encontre "n'avaient aucun effet sur les services, les tâches ou le rôle de l'Etat". Selon certaines informations, M. Blagojevich compte se rendre au travail mercredi et aurait rejeté les appels à la démission ou à un retrait temporaire de ses fonctions venant de parlementaires de l'Etat, qui pourraient entamer rapidement une procédure de destitution.

Barack Obama s'est dit "attristé et interloqué" en apprenant cette affaire, précisant au cours d'un point de presse qu'il n'avait pas eu de contact avec le gouverneur ni avec son bureau.

"L'ampleur de la corruption contenue dans ces inculpations est stupéfiante", a commenté le procureur Patrick Fitzgerald.

Ces inculpations "stipulent que Blagojevich a mis une pancarte +A Vendre+ sur la nomination d'un sénateur des Etats-Unis, s'est impliqué personnellement dans une pratique de pots-de-vin avec la précipitation d'un vendeur qui doit atteindre son objectif annuel, et a utilisé son bureau de façon illicite pour tenter de bâillonner des voix d'éditorialistes critiques", relève le communiqué.

Plusieurs influents sénateurs démocrates ont appelé à une élection spéciale pour nommer le sénateur qui remplacera Barack Obama.

"Il est clair que quiconque serait nommé au Sénat par le gouverneur Blagojevich serait à tort ou à raison entaché d'illégitimité. Un processus différent doit être choisi pour la nomination d'un nouveau sénateur", écrit dans un communiqué le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid.

Rod Blagojevich a été confondu par des écoutes autorisées par la justice de discussions portant sur les bénéfices qu'il pourrait tirer du fait que c'est au gouverneur qu'il revient de nommer un sénateur américain quand un siège est vacant.

Selon l'acte d'accusation de 76 pages, au lendemain de l'élection de Barack Obama à la Maison Blanche, Blagojevich déclarait à un interlocuteur inconnu: "J'ai ce pouvoir et c'est de l'or (juron) et je ne vais pas l'abandonner pour rien (juron). (...) Je peux me parachuter" à ce siège.

Il aurait évoqué plusieurs options: recevoir un salaire substantiel en travaillant pour un syndicat ou une fondation caritative, placer sa femme dans des conseils d'administration où elle pourrait être payée quelque 150.000 dollars par an, occuper un poste d'ambassadeur.

M. Blagojevich avait été élu en 2003, sur la promesse de nettoyer la corruption qui avait entouré son prédécesseur, le républicain George Ryan, qui purge une peine de 6 ans et demi de prison pour corruption.

Mais il a été rapidement impliqué dans de nouveaux scandales.

Un de ses proches, "Tony" Rezko, un homme d'affaires également considéré comme un ancien proche de Barack Obama, a été reconnu coupable en juin de fraude, blanchiment d’argent et corruption.

M. Blagojevich est aussi inculpé pour avoir comploté avec Rezko afin d'obtenir des bénéfices financiers pour lui-même et sa famille en échange de contrats ou de nominations dans l'Illinois.

Première publication : 10/12/2008

COMMENTAIRE(S)