Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Amériques Amériques

Le Nobel de la paix presse Obama d'intervenir au Proche-Orient

Dernière modification : 10/12/2008

Dans son discours d'acceptation du Nobel, l'ancien président finlandais Martti Ahtisaari a lancé un message au président élu des États-Unis à qui il a demandé de privilégier la recherche d'un accord de paix global au Proche-Orient.

L'ex-président et médiateur finlandais Martti Ahtisaari, qui a reçu le prix Nobel de la paix mercredi à Oslo, a affirmé qu'aucun conflit n'était insoluble, pas même au Proche-Orient dont Barack Obama doit, selon lui, faire une priorité.

"Tous les conflits peuvent être résolus et il n'y a aucune excuse pour les laisser s'éterniser", a déclaré M. Ahtisaari dans un discours d'acceptation du Nobel.

Vétéran du travail pour la paix, le diplomate finlandais, 71 ans, a été récompensé pour ses nombreuses médiations pendant trois décennies, notamment dans la province indonésienne d'Aceh, en Namibie et dans les Balkans.

Dans une allusion au changement de locataire de la Maison Blanche, M. Ahtisaari a appelé le président élu Barack Obama à privilégier la recherche d'un accord de paix global au Proche-Orient dès sa prise de fonction.

"J'espère que le nouveau président des Etats-Unis, qui prêtera serment le mois prochain, accordera la priorité au conflit au Proche-Orient pendant la première année de son mandat", a-t-il dit.

Les autres prix Nobel seront remis plus tard mercredi à Stockholm avec, fait rare, le couronnement d'un trio français: Jean-Marie Gustave Le Clézio pour la littérature, et Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi pour la médecine.

Selon M. Ahtisaari, la clé au Proche-Orient réside aussi dans l'implication de l'Union européenne, de la Russie et de l'ONU et passe par un accord global "allant d'Israël et la Palestine à l'Irak et l'Iran".

"Si l'on veut obtenir des résultats durables, nous devons considérer l'ensemble de la région", a-t-il affirmé.

"On ne peut pas continuer, année après année, à simplement prétendre que l'on fait quelque chose pour aider à débloquer la situation au Proche-Orient. Il faut aussi qu'on obtienne des résultats", a-t-il ajouté.

Applaudi par une prestigieuse assemblée debout comprenant la famille royale norvégienne, M. Ahtisaari a récusé l'idée selon laquelle le conflit au Proche-Orient était dû à la religion.

"Les religions elles-mêmes sont pacifiques: elles peuvent aussi être une force constructive pour la paix" dans la région, a-t-il affirmé.

Dans l'Hôtel de ville d'Oslo fleuri de rouge pour l'occasion, le président du comité Nobel Ole Danbolt Mjoes a loué "l'étendue et la portée (...) incroyables" de l'oeuvre de M. Ahtisaari.

Dans un pays qu'il a guidé, lentement mais pacifiquement, vers l'indépendance --le "fait d'armes" dont il est le plus fier--, M. Ahtisaari est surnommé la "sage femme de la Namibie" et de nombreux enfants portent son prénom, a rappelé M. Mjoes.

Le lauréat du Nobel reste cependant sur un échec au Kosovo, où, en tant qu'envoyé spécial de l'ONU, il n'est pas parvenu à obtenir de solution négociée entre Serbes et Kosovars.

Peuplé par une forte majorité albanaise, le Kosovo a finalement unilatéralement proclamé son indépendance de la Serbie en février dernier, au grand dam de Belgrade et de la Russie.

"Personne ne peut résoudre tous les problèmes de la planète. Parfois, les protagonistes sont trop éloignés les uns des autres", a estimé M. Mjoes. "Dans ces cas-là, on doit se réjouir que le problème fasse ne serait-ce que quelques pas en direction d'une solution".

Evoquant la crise financière, M. Ahtisaari a estimé que les inégalités étaient un facteur de conflit et a invité la communauté internationale à ne pas relâcher ses efforts au profit des pays pauvres.

"Les effets de cette crise pourraient s'avérer être un nouveau revers majeur pour les pays en développement. Les plus démunis sont déjà les plus touchés par le changement climatique, la hausse du prix des denrées alimentaires et le recul du commerce international", a-t-il dit.

Le prix Nobel consiste en une médaille, un diplôme et un chèque de près d'un million d'euros.
 

Première publication : 10/12/2008

COMMENTAIRE(S)