Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Stéphane Hessel, défenseur des droits de l'Homme depuis 60 ans

Vidéo par Priscille LAFITTE

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 30/12/2010

Stéphane Hessel a participé à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'Homme en 1948. Six décennies plus tard, il défend l'universalité de ce texte, épingle la question migratoire et la situation des Palestiniens.


FRANCE 24 : Quels progrès ont été faits depuis 60 ans ?

Stéphane HESSEL : Il y a eu beaucoup de progrès. Il ne faut pas le nier. Dans le courant de ces 60 dernières années, nous avons réussi la décolonisation des grands empires occidentaux, formidable progrès qui donne la liberté et l'indépendance à un nombre considérable de peuples. Ils ont maintenant la tâche de travailler à leur propre démocratisation. Il y a eu la fin de l'apartheid, il y a eu la fin du stalinisme. Mais tout reste encore à faire si nous voulons passer le cap des discours, comme celui que je tiens depuis un certain temps, et qui ne sert qu'à donner mauvaise conscience. Il faut passer à l'action.

Nous avons des pays où tout est terriblement bloqué. Je parle une fois de plus de nos amis palestiniens. Personne ne dit tout ce qu'il y a lieu de reprocher à leur grand voisin israélien. Tout le monde se tait, par peur de passer pour antisémite. C'est une timidité qu'il faut vaincre. Il nous faut être aux côtés des Israéliens intelligents qui veulent la paix et qui sont en minorité. Et aux côtés des Palestiniens qui souffrent et qui veulent arriver à une négociation amicale avec Israël.

Dans les pays démocratiques, le respect des droits civils et politiques ne pose plus tellement problème. C’est pour les droits économiques, sociaux, culturels, qu’il y a toujours des retards. Concernant le traitement de l'immigration, par exemple. C'est un des problèmes qui est déjà lourd, mais qui le sera plus encore à la suite de tout ce qui nous arrive ces derniers temps - sur le plan du changement climatique. On va avoir des mouvements migratoires considérables. Et jusqu'ici les pays, et notamment le mien, n'ont pas su apporter à ceux qui cherchent à émigrer dans des pays plus riches, l'accueil qu'ils mériteraient.

FRANCE 24 : En France, où en est-on avec le respect des droits de l’Homme ?

Stéphane HESSEL : La France n'a pas respecté comme elle aurait dû un certain nombre de valeurs et de droits qui figurent dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Notamment les articles 13, 14 et 15, qui concernent le traitement des immigrés. Je suis très fâché contre mon gouvernement actuel. La façon dont il traite le droit d'asile et les sans-papiers me révulse. Et je pense qu'il faut que nous soyons nombreux à protester contre ces formes de violations de droits élémentaires.

FRANCE 24 : La Déclaration universelle des droits de l’Homme est-elle si universelle qu’elle prétend l’être ? N’est-elle pas d’abord une vision occidentale du monde ?

Stéphane HESSEL : La Déclaration n'a absolument rien d'occidental. Elle a été rédigée certes par des Occidentaux, mais pas seulement. Par des Orientaux, des gens de l'Est et des gens du Sud. Par des Chinois et des Indiens. C'est vous dire que qualifier cette déclaration d'occidentale, c'est ne rien comprendre à l'effort qui a été fait entre 1945 et 1948 pour rédiger un texte qui ne choque aucune religion, qui ne choque aucune culture, qui est au contraire ouverte à celle de tous les pays. Et l'adjectif "universel", qui est tellement important, lui a été donné à juste titre. Le nier ne peut venir que de gouvernements, jamais de peuples. Ces gouvernements ont peur que leurs citoyens leur réclament des choses qu'ils n'ont pas envie de leur donner.

Première publication : 10/12/2008

COMMENTAIRE(S)