Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réponse un peu courte d'Obama à Netanyahou"

En savoir plus

SUR LE NET

Égypte : la Toile se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande face au FN"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

FRANCE

L'affaire de Montfermeil en suspens après la perte d'un dossier

Dernière modification : 11/12/2008

Le dossier de procédure s'étant volatilisé, le tribunal correctionnel de Bobigny a constaté qu'il n'était plus saisi des "violences aggravées" reprochées à Abdoulaye Fofana, le jeune de 20 ans frappé le 14 octobre par deux policiers.

AFP - Le jeune de Montfermeil frappé le 14 octobre par la police lors d'une interpellation filmée par un témoin, et accusé d'avoir caillassé une voiture de police, n'est plus, à ce jour, poursuivi pour "violences aggravées": le dossier a "disparu" et le tribunal n'est plus saisi.

En révélant mercredi, embêté, que l'original de la procédure visant Abdoulaye Fofana, 20 ans "a disparu" du greffe du tribunal de Bobigny, le substitut du procureur Quentin Dandoy a annoncé son intention "d'ouvrir une information judiciaire pour les faits de violences aggravées reprochés à M. Fofana" lors d'une soirée très agitée à la cité des Bosquets.

"Suites il y aura", "il est hors de question d'envisager un classement", a-t-il dit. L'information judiciaire à venir sera jointe à la première information ouverte le 22 octobre par le parquet de Bobigny pour les violences aggravées reprochées cette fois à deux policiers du commissariat de Gagny (Seine-Saint-Denis), mis en examen le même jour.

Relevant une "connexité importante" entre les deux affaires, le procureur a rappelé que la défense de M. Fofana contestait les conditions dans lesquelles cet étudiant en 2e année de BTS au casier vierge a été interpellé.

Mais loin de se réjouir, l'avocat du jeune, Me Yassine Bouzrou, a demandé en vain que le tribunal passe sur cet aléas et "que l'audience se tienne" : "M. Fofana s'est présenté. Il veut se défendre. Il conteste tout de cette interpellation rocambolesque".

"Ca peut-être une erreur, une négligence" mais "c'est étonnant" qu'un dossier "aussi sensible" se perde, "on va devoir attendre des mois", "c'est dommage, on avait une expertise très bonne pour nous", a déclaré ensuite l'avocat à la presse.

Le jeune n'a pas souhaité s'exprimer. Sa famille a trouvé "bizarre" la disparition.

Accusé d'avoir lancé un pavé sur un véhicule de police vers 21H00 M. Fofana affirme avoir passé la soirée à regarder le match de football France-Tunisie avec des amis et sa famille. Plusieurs policiers racontent l'avoir poursuivi depuis le bas de son immeuble à 22H00 et rattrapé sur son palier.

Un policier, l'un des deux mis en examen, l'identifie comme étant son caillasseur. Lors de l'interpellation, ce policier s'est blessé au pouce et s'est vu attribuer 30 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Les policiers ont-ils (illégalement à cette heure) enfoncé la porte, comme les accuse le jeune, ou est-ce M. Fofana qui a donné un violent coup d'épaule, comme l'affirment les policiers? L'enquête devra éclaircir ce point.

Selon l'expertise évoquée par Me Bouzrou, la porte pouvait être ouverte par un coup de pied car la gâche était déjà dégradée mais un fort coup d'épaule n'aurait pas suffi à la casser.

Si quelques minutes plus tard, un voisin d'immeuble réalisateur a filmé les coups de matraque et de crosse de flash-ball portés au jeune menotté (2 jours d'ITT), en revanche sur le palier, aucune caméra ne tournait.
 

Première publication : 11/12/2008

COMMENTAIRE(S)