Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Amériques Amériques

Le plan d'aide à l'automobile à l'épreuve du Sénat

Vidéo par Nadia CHARBIT

Dernière modification : 11/12/2008

La Chambre des représentants américaine a adopté un projet de loi qui doit permettre de débloquer jusqu'à 15 milliards de dollars en faveur de l'industrie automobile, en difficulté. Le texte doit encore être approuvé par le Sénat.

Retrouvez le reportage de Ségolène Allemandou, envoyée spéciale à Detroit : "Toucher ses allocations chômage, un parcours du combattant", en cliquant ici.

 

 
AFP
- La Chambre des représentants a largement adopté mercredi le plan de sauvetage des constructeurs automobiles américains qui va encore devoir être approuvé par le Sénat, où s'agite une forte opposition républicaine.


La Chambre des représentants a adopté le "Projet de loi sur le financement et la restructuration de l'industrie automobile" par 237 voix contre 170, au terme d'une longue journée de tractations qui ont débouché sur un texte de compromis entre la Maison Blanche et la majorité démocrate. Les républicains ont massivement voté contre le projet.

Le texte, qui compte une quarantaine de pages, va désormais être soumis au Sénat, où bon nombre de républicains se refusent à investir l'argent du contribuable dans des entreprises à leurs yeux condamnées.

Le projet de loi doit permettre de débloquer très rapidement jusqu'à 14 milliards de dollars en faveur de General Motors (GM) et Chrysler qui ont averti qu'ils pourraient déposer leur bilan avant la fin de l'année. Ford, le troisième grand de l'industrie automobile américaine, a fait savoir qu'il n'a pas de problèmes de liquidités dans l'immédiat.

Le plan prévoyait initialement de débloquer 15 milliards de dollars avant que les élus ne décident en dernière minute de réserver une partie du montant à de petites entreprises.

Les constructeurs avaient initialement réclamé 34 milliards. La perspective d'un vote au Congrès après des jours de tractations parlementaires a soutenu mercredi les places financières mondiales.

Avant le vote, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a demandé que les parlementaires donnent "une chance de plus à cette grande industrie".

"Si nous ne faisons rien, il y a un danger réel que bientôt nous n'ayons plus d'industrie automobile américaine", a renchéri le leader de la majorité démocrate, Steny Hoyer.

Côté Sénat, où les démocrates ne disposent encore que d'une courte majorité, un compromis sur un vote semblait plus difficile à obtenir.

"Il y aura d'autres propositions", a promis le sénateur républicain Richard Shelby, opposé au projet de loi.

Sans plan de restructuration, il n'est pas sûr que l'aide de l'Etat suffise à rétablir la compétitivité de l'industrie automobile américaine face à ses concurrents allemands et japonais "qui produisent des automobiles en Amérique", a averti le sénateur républicain John Ensign, qui a menacé de faire obstruction pour retarder le vote.

Le secrétaire général adjoint de la Maison Blanche, Joel Kaplan, a admis que convaincre les républicains réticents ne serait pas facile. Mais il a souligné que l'administration allait s'y employer et que le président George W. Bush lui-même allait parler à certains républicains.

Le projet prévoit la nomination d'un administrateur chargé de surveiller la mise en place de mesures de restructuration par les constructeurs, qui devront avoir déposé un plan de redressement durable avant le 31 mars. La presse américaine a baptisé ce futur administrateur "le tsar de l'automobile".

Le président nommera ce "tsar" aussi vite que possible, a indiqué M. Kaplan.

Le plan est assorti de conditions rigoureuses envers les dirigeants des groupes concernés, qui devront limiter leurs salaires et leurs primes et revendre leurs jets privés.

Le sénateur démocrate Chris Dodd, qui défend le projet, a souligné de son côté que la loi garantit le remboursement des prêts aux contribuables "même en cas de faillite" des constructeurs.

Le syndicat de l'automobile UAW s'est dit favorable au plan, estimant qu'il "apporte un soutien déterminant" au secteur.

 

 

Première publication : 11/12/2008

COMMENTAIRE(S)