Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

EUROPE

Accord sur l'économie, le climat et le traité de Lisbonne

Vidéo par Nadia CHARBIT

Texte par Catherine LE LOHÉ

Dernière modification : 10/12/2010

À l'issue du Conseil européen, Nicolas Sarkozy a annoncé l'organisation d'un nouveau référendum en Irlande sur le traité de Lisbonne, un accord sur le plan de relance de l'économie et l'adoption du paquet "énergie-climat".

 
Ainsi que: "Les Vingt-Sept s'accordent sur un plan pour le climat" et "L'Irlande se dirige vers un nouveau référendum"

14h28 : Déclaration d’amour. En guise de conclusion, le président lance : "Ça m’a passionné, ce que j’ai fait. Je me suis fait de nouveaux amis – je ne parle pas de vous !", lance-t-il à la salle. Eclat de rire général. Le président se lève sourire aux lèvres. Le Conseil européen est terminé.


14h08 : Non, rien de rien. Sur le bilan de sa présidence, Nicolas Sarkozy l’assure : "Je n’ai aucun regret, regardez tout ce qu’on peut faire en six mois ! On a changé les habitudes !" Pour preuve, il évoque une anecdote sur une réunion où il manquait une chaise. Il fallait des autorisations formelles pour en ajouter une nouvelle. "Je leur ai dit ‘si vous n’allez pas chercher une chaise, j’y vais moi-même !’, raconte le chef de l'Etat, c’est un détail, mais on est capable de passer des heures pour compter le nombre de chaises par délégations !" La salle éclate de rire. Mais le président déplore : "Ça c’est l’Europe qui meurt !"

14h02 : De l’ambition ! Nicolas Sarkozy, qui répond aux questions de la presse, explique qu’après avoir présidé huit heures de réunion, hier, il en est convaincu : jusqu’ici, le problème majeur des Européens, c’était "leur manque d’ambition". "Il faut surmonter les égoïsmes nationaux, au nom d’un dessein collectif".

13h53 : "Yes, you can!" - C'est le message du président de la Commission européenne, le portugais Barroso, au nouveau président américain, Barack Obama. Une allusion au slogan de sa campagne électorale qui l'a porté à la Maison Blanche pour l'inviter à suivre l'exemple - et l'exploit - des Vingt-Sept sur le climat.

13h37 : Conférence de presse finale - Victoire pour la présidence française. Des annonces fracassantes. Et rapides, toujours. Quelques minutes, à peine pour annoncer sa victoire sur les trois dossiers principaux, arrachée avec les Vingt-Sept. Nicolas Sarkozy le confirme : "Lisbonne, c'est reparti!" Sur le plan de relance économique : "Tout le monde est d'accord sur le chiffre de 1,5 % du PIB européen". Enfin, le climat. Le président en est fier : "Ce qui se passe est historique !" Les règles ont été adoptées à l'unanimité. "Je souhaite bon courage a la présidence tchèque", conclut le chef de l'Etat. La salle éclate de rire. "Vous êtes mutin!", rigole-t-il. Une journaliste tchèque lui demande des précisions : "Oui, l'Union européenne est entre de bonnes mains avec les Tchèques", sourit-il. Murmures amusés dans la salle.

12h45 : Différend franco-allemand sur la TVA. Toujours des fuites. Cette fois, c'est un diplomate français qui improvise une conférence de presse dans la salle principale où sont regroupés les journalistes. Il annonce que le désaccord entre Paris et Berlin sur la TVA persiste. L'Allemagne ne veut pas de baisse de la TVA pour certains secteurs, dont la restauration. La conférence de presse finale doit se tenir dans les minutes qui viennent. Les journalistes sont dubitatifs, vu que les blocages persistent sur certains points.

12h00 : Le plan de relance bouclé. Toujours pas de source officielle, mais selon un responsable de la Commission européenne, les Vingt-Sept parlent d'une seule voix sur le plan de relance de l'économie, équivalent à 1,5% du Produit intérieur brut communautaire. L'Allemagne était farouchement opposée à ce plan.

11h21 : Lisbonne, c'est réglé! Ils sont toujours en réunion, mais des diplomates l'assurent : "Les leaders européens sont tombés d'accord sur une série de garanties ouvrant la voie à un nouveau référendum irlandais sur le traité de Lisbonne en 2009".
 
09h12 : Les revoilà. Après une courte nuit, les dirigeants des Vingt-Sept regagnent le Conseil. Voitures blindés, motards et girophares. Parmis les premiers, le chef du gouvernement polonais Donald Tusk, l'air ravi. "Je pense que nous sommes très proches d'un accord' sur le climat", se réjouit-il.

Puis, vient Nicolas Sarkozy. D'un pas décidé. Rapide. Ce matin, c'est lui qui a les traits tirés. Un photographe belge raconte qu'il l'a aperçu courir tôt ce matin dans le parc Royal, à Bruxelles. Aujourd'hui, le chef de l'Etat français ne s'arrête pas pour discuter avec les journalistes. Arrive Gordon Brown, le Britannique, l'air radieux. Sourires, poignées de main.
Et re-voilà Angela, rayonnante. Veste sobre et colier de perle. "Je suis prudemment optimiste sur notre capacité à obtenir un bon compromis" sur le plan climat, dit la chancelière allemande. Le cortège des dirigeants se poursuit. Les négociations de la dernière chance reprennent dans quelques minutes.
08h00 : Les accords se précisent. D'abord sur le plan de relance européen. Les Vingt-Sept auraient donné leur aval à la proposition phare de la Commission européenne, à savoir une participation de chaque pays à hauteur de 1,5 % de son PIB. Sur le climat, des indications chiffrées ont également été annoncées. Le fonds de solidarité, proposé aux pays les plus pauvres par Nicolas Sarkozy lors de son dernier voyage en Pologne, devrait bel et bien être mis en place. Il sera alimenté par les revenus issus du système d'échange d'émissions – le grand marché des "permis de polluer".

 
Retrouvez également L'entretien de France 24 avec Mirek Topolanek, Premier ministre tchèque.

Première publication : 12/12/2008

COMMENTAIRE(S)