Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

Le Pakistan procède à de nouvelles arrestations d'islamistes

©

Vidéo par Gwladys SAVERY

Dernière modification : 12/12/2008

Le Pakistan continue sa campagne de répression envers les islamistes de la Jamaat ud Dawa. Des dizaines de militants ont été arrêtés. L'organisation est la vitrine légale du Lashkar-e-Taïba, tenu pour responsable des attaques de Bombay.

REUTERS - Soumises à une forte pression internationale, les autorités pakistanaises ont poursuivi vendredi leur campagne de répression à l'encontre de la mouvance islamiste accusée par l'Inde d'être à l'origine des sanglantes attaques du mois dernier à Bombay.

 

Après avoir la veille assigné à résidence Hafiz Saeed, chef de l'organisation caritative Jamaat ud Dawa (JuD), les autorités ont fermé plusieurs locaux et arrêté des dizaines de militants du mouvement, considéré comme la vitrine légale du mouvement islamiste interdit Lashkar-e-Taiba.

 

Le Pakistan a annoncé jeudi qu'il respecterait la décision prise la veille par le Conseil de sécurité de l'Onu d'ajouter le Jamaat ud Dawa et ses dirigeants sur la liste noire du terrorisme lié à Al Qaïda et aux taliban.

 

L'action répressive des autorités pakistanaises répond à la montée des pressions indiennes et américaines pour qu'elles agissent contre les instigateurs présumés des attentats de Bombay, qui ont fait 179 morts, dont six Américains.

 

Le secrétaire d'Etat adjoint américain John Negroponte a rencontré vendredi à New Delhi le chef la diplomatie indienne Pranab Mukherjee et le conseiller à la sécurité nationale M. K Narayanan pour examiner notamment les preuves que l'Inde dit détenir d'une implication pakistanaise dans les attaques de Bombay.

 

"Nous avons fourni d'amples preuves aux Etats-Unis et à d'autres pays et nous continuerons à partager tout nouvel élement qui apparaîtra", dit-on de source gouvernementale indienne.

 

John Negroponte, qui se trouvait la veille à Islamabad, a déclaré que cette enquête était prioritaire et que les responsables des attaques devraient être jugés. "Nous coopérons à cet effort (...) mais tous nos partenaires diplomatiques ont la responsabilité d'y contribuer également", a-t-il dit.

 

Le Pakistan assure que l'Inde ne lui a pas fourni de preuves suffisantes d'une piste cachemirie dans les attaques de Bombay. "Sans information et preuves crédibles, nos propres investigations ne peuvent aller au-delà d'un certain point", a dit vendredi le ministre des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi.

 

"Revoir sa politique de soumission"

 

Un responsable du renseignement pakistanais a déclaré que, parmi les activistes arrêtés, figurait le maulana Masood Azhar, chef du Jaish-e-Mohammad (Armée de Mahomet), mouvement auquel, avec le Lashkar, a été imputée l'attaque du parlement indien, en décembre 2001.

 

Selon un des proches d'Azhar, qui dit ne pas savoir où il se trouve actuellement, il pourrait avoir été arrêté "afin de relâcher la pression" internationale sur le Pakistan.

 

A Muzaffarabad, capitale du Cachemire pakistanais, la police a effectué une descente au siège du JuD, qu'elle a fermé, ainsi que ses deux écoles et sa madrassa (école coranique). Des centaines de sympathisants du mouvement, qui se souviennent de son action lors du séisme de 2005 dans la province, ont manifesté contre ces mesures policières.

 

"Le Pakistan doit revoir immédiatement sa politique de soumission à la pression internationale, indépendemment des avantages et des inconvénients de son action", a déclaré à Reuters le Maulana Abdul Aziz Alvi, le chef du JuD au Cachemire, lui aussi assigné à résidence.

 

D'autres locaux du Jud au Cachemire ont été perquisitionnés dans la nuit de jeudi à vendredi. Des descentes de police ont eu lieu également dans plusieurs grandes villes, dont Lahore, Karachi, Bahawalpur, Rahim Yar Khan, Quetta et Multan.

 

Selon un porte-parole du Jamaat, une centaine d'employés de l'organisation caritative islamiste ont été arrêtés dans la seule province de la Frontière du Nord-Ouest.

 

Des "preuves crédibles"

 

A Muridke, dans l'Est, l'important complexe du JuD était désert vendredi. Selon des responsables, le siège du mouvement, ses écoles et ses hôpitaux y ont été fermés le 4 décembre.

 

Un porte-parole de la banque centrale du Pakistan a annoncé jeudi soir que des directives avaient été prises pour geler les comptes et les avoirs des quatre dirigeants du JuD placés sur la liste noire de l'Onu.

 

La télévision pakistanaise croit savoir que le mouvement lui-même est sur le point d'être interdit mais il n'y a encore eu aucune confirmation officielle de cette information.

 

Jeudi, le Premier ministre indien Manmohan Singh avait pris note des mesures adoptées par le Pakistan, tout en les estimant encore insuffisantes et en soulignant qu'elle devaient "être menées à leur terme".

 

Après l'attaque du parlement indien, en 2001, les autorités pakistanaises avaient réprimé le Jaish-e-Mohammad et le Lashkar mais l'Inde avait qualifié les mesures prises de simulacre et elle réclame aujourd'hui une mise au pas durable de ces mouvements.

 

Les analystes s'interrogent sur la volonté de l'armée pakistanaise de s'aliéner ces groupes djihadistes qui l'ont aidé à combattre l'Inde dans le passé.

Première publication : 12/12/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)