Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

" François en Égypte : un voyage de paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron-Le Pen, la guerre des images !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'abstention, un chien dans le jeu de quilles de la présidentielle ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hissène Habré définitivement condamné à la prison à vie

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron : la guerre des images

En savoir plus

POLITIQUE

Macron- Le Pen : deux France qui s’affrontent

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : quel bilan pour Aung San Suu Kyi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fondation Louis Vuitton : L'art africain a le vent en poupe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, le virtuose du flou"

En savoir plus

EUROPE

Manifestations contre la politique économique de Berlusconi

Texte par Alexis MASCIARELLI

Dernière modification : 12/12/2008

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre la politique économique du gouvernement de Silvio Berlusconi face à la crise. Environ 200 000 personnes ont battu le pavé à Bologne.

AFP - Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé vendredi sous la pluie dans les villes italiennes dans le cadre d'une grève nationale pour condamner la politique économique du gouvernement de Silvio Berlusconi face à la crise, à l'appel du principal syndicat, la CGIL (gauche).
  
A Bologne (nord), où a eu lieu la plus importante manifestation, quelque 200.000 personnes étaient rassemblées dans le centre-ville, selon les organisateurs.
  
"Malgré la pluie, il y a un climat extraordinaire", a déclaré Guglielmo Epifani, secrétaire général de la CGIL.
  
"Il y a trop de chômage et trop de personnes dans des situations précaires, les revenus des employés sont trop taxés et rien n'est fait pour aider les retraités", a-t-il déploré, se félicitant par ailleurs que la grève soit "bien" suivie, en particulier dans les usines du nord de l'Italie.
  
Environ 50% des ouvriers ont fait grève dans la principale usine de Fiat à Mirafiori, près de Turin (nord-ouest), où les transports en commun étaient très perturbés par la grève et où 30.000 personnes ont manifesté, selon l'Ansa.
  
A Milan (nord), 50.000 personnes ont manifesté, tandis qu'ils étaient 40.000 à Naples (sud) et 10.000 à Gênes (nord), selon l'Ansa, qui n'a pas fait état de perturbations majeures dans les transports.
  
Le syndicat avait suspendu son appel à la grève dans les chemins de fer et les transports locaux à Rome et à Venise (nord-est) afin de ne pas ajouter aux désagréments dus à la vague de mauvais temps qui s'est abattue sur le pays.
  
Dans la capitale, plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont des étudiants, des retraités, des ouvriers, ont défilé avec des banderoles où l'on pouvait lire "Payez-la vous-même votre crise", a constaté un photographe de l'AFP.
  
"Les mesures économiques prises par le gouvernement ne changent pas d'une virgule la situation économique (...) Se retrouver face à cette crise en étant aussi impuissant est dangereux", a souligné le responsable de l'Economie pour le Parti démocrate (Pd, centre gauche), Pier Luigi Bersani.
  
Cette manifestation, qui a reçu le soutien de l'opposition, est la première contre le gouvernement Berlusconi depuis que la crise financière a touché le pays.
  
Le gouvernement Berlusconi a adopté fin novembre, sans avoir consulté les syndicats, une série de mesures anti-crise et chiffre son effort global à 80 milliards d'euros sur plusieurs années mais, selon l'opposition, l'utilisation de la majeure partie de ces fonds était déjà prévue de longue date.
  

Première publication : 12/12/2008

COMMENTAIRE(S)