Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Examen d'un projet de Constitution, une première depuis 40 ans

Dernière modification : 13/12/2008

Pour la première fois en 40 ans, le pouvoir libyen prépare un projet de Constitution afin de mettre de l'ordre dans les institutions de l'État, de moderniser son économie et d'établir des relations complètes avec des pays occidentaux.

AFP - Le gouvernement libyen prépare un projet de constitution pour mettre de l'ordre dans les institutions de l'Etat, guidées depuis une quarantaine d'années par les seules théories socialistes du colonel Mouammar Kadhafi.

Le gouvernement a formé un "comité juridique" pour l'examen d'un texte rédigé à l'initiative de la Fondation Kadhafi, présidée par le fils de Mouammar Kadhafi, Seif Al-Islam, en collaboration avec des experts européens et américains, selon le directeur exécutif de la Fondation, Youssef Sawan.

"Un projet de pacte national (constitution) a été soumis au comité qui doit le relire et le réviser juridiquement", a déclaré vendredi à l'AFP le président de ce comité Abdelrahman Boutouta, précision qu'une première réunion était prévue la semaine prochaine.

"Le travail sur ce projet n'a pas commencé de zéro mais dispose déjà de références", a précisé M. Boutouta, citant notamment la Déclaration sur l'institution du pouvoir du peuple (1977) ou la Grande charte verte pour les droits de l'homme (1988) ou encore le Livre vert, condensé de la pensée politique du Guide.

"Le pacte national ou constitution aura pour rôle de regrouper tous ces documents essentiels et indispensables en les rédigeant de nouveau sans dévier de leurs orientations", a souligné ce magistrat.

Après le renversement en 1969 de la monarchie senoussite, le colonel Kadhafi avait aboli la constitution de 1951 qui faisait de la Libye une monarchie constitutionnelle. Une courte constitution provisoire a été remplacée en 1977 par la Déclaration sur l'institution du pouvoir du peuple qui comprend quatre articles.

Des experts d'Italie, France, Allemagne, Etats-Unis, Grande-Bretagne et d'Afrique du Sud ont participé à la rédaction du texte, selon M. Sawan.

L'un d'eux, le politologue américain Benjamin R. Barber, a qualifié le projet de "très important".

"C'est un processus qui reflète le besoin de changement des structures du gouvernement dans leur interaction avec l'économie mondiale et ses relations avec l'Occident", dans la foulée du rapprochement des dernières années de la Libye avec l'Europe et les Etats-Unis, a-t-il dit à l'AFP par téléphone depuis New York.

Il a estimé que la Libye avait besoin d'un "ordre constitutionnel" pour pouvoir moderniser son économie et établir des relations complètes avec des pays occidentaux.

M. Barber a écarté que ce projet constitution constituerait une rupture avec le système politique actuel du colonel Kadhafi.

"Ce projet a pris soin de se pencher sur l'histoire de la politique et des institutions de la Jamahiriya (libye) et de voir ce qui a besoin de changement pour l'avenir", a précisé cet universitaire américain.

Pour lui, "chaque pays a ses spécificités, son histoire unique et sa culture unique". "La constitution devrait également tenir compte de la culture et des caractéristiques du pays", a-t-il ajouté.

Aucune information n'a filtré sur le contenu de ce texte qui devrait être soumis dans une ultime étape à l'approbation des congrès populaires, comme le stipule la théorie du "pouvoir du peuple" du colonel Kadhafi.

En 2007, Seif Al-Islam avait annoncé un projet de réformes politiques, dont la rédaction d'une constitution, pour moderniser le régime sans remettre en question le pouvoir du Guide ou bouleverser les principes de ses théories.

Il a ainsi affirmé que le pouvoir de Mouammar Kadhafi, étaient une "ligne rouge" à respecter en préalable à toute réforme politique.

Pour Seif Al-Islam, les nouveaux textes des lois doivent garantir également l'indépendance de la Banque centrale libyenne, de la Haute Cour, des médias et de la société civile et renforcer le pouvoir du chef du gouvernement.
 

Première publication : 13/12/2008

COMMENTAIRE(S)