Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Examen d'un projet de Constitution, une première depuis 40 ans

Dernière modification : 13/12/2008

Pour la première fois en 40 ans, le pouvoir libyen prépare un projet de Constitution afin de mettre de l'ordre dans les institutions de l'État, de moderniser son économie et d'établir des relations complètes avec des pays occidentaux.

AFP - Le gouvernement libyen prépare un projet de constitution pour mettre de l'ordre dans les institutions de l'Etat, guidées depuis une quarantaine d'années par les seules théories socialistes du colonel Mouammar Kadhafi.

Le gouvernement a formé un "comité juridique" pour l'examen d'un texte rédigé à l'initiative de la Fondation Kadhafi, présidée par le fils de Mouammar Kadhafi, Seif Al-Islam, en collaboration avec des experts européens et américains, selon le directeur exécutif de la Fondation, Youssef Sawan.

"Un projet de pacte national (constitution) a été soumis au comité qui doit le relire et le réviser juridiquement", a déclaré vendredi à l'AFP le président de ce comité Abdelrahman Boutouta, précision qu'une première réunion était prévue la semaine prochaine.

"Le travail sur ce projet n'a pas commencé de zéro mais dispose déjà de références", a précisé M. Boutouta, citant notamment la Déclaration sur l'institution du pouvoir du peuple (1977) ou la Grande charte verte pour les droits de l'homme (1988) ou encore le Livre vert, condensé de la pensée politique du Guide.

"Le pacte national ou constitution aura pour rôle de regrouper tous ces documents essentiels et indispensables en les rédigeant de nouveau sans dévier de leurs orientations", a souligné ce magistrat.

Après le renversement en 1969 de la monarchie senoussite, le colonel Kadhafi avait aboli la constitution de 1951 qui faisait de la Libye une monarchie constitutionnelle. Une courte constitution provisoire a été remplacée en 1977 par la Déclaration sur l'institution du pouvoir du peuple qui comprend quatre articles.

Des experts d'Italie, France, Allemagne, Etats-Unis, Grande-Bretagne et d'Afrique du Sud ont participé à la rédaction du texte, selon M. Sawan.

L'un d'eux, le politologue américain Benjamin R. Barber, a qualifié le projet de "très important".

"C'est un processus qui reflète le besoin de changement des structures du gouvernement dans leur interaction avec l'économie mondiale et ses relations avec l'Occident", dans la foulée du rapprochement des dernières années de la Libye avec l'Europe et les Etats-Unis, a-t-il dit à l'AFP par téléphone depuis New York.

Il a estimé que la Libye avait besoin d'un "ordre constitutionnel" pour pouvoir moderniser son économie et établir des relations complètes avec des pays occidentaux.

M. Barber a écarté que ce projet constitution constituerait une rupture avec le système politique actuel du colonel Kadhafi.

"Ce projet a pris soin de se pencher sur l'histoire de la politique et des institutions de la Jamahiriya (libye) et de voir ce qui a besoin de changement pour l'avenir", a précisé cet universitaire américain.

Pour lui, "chaque pays a ses spécificités, son histoire unique et sa culture unique". "La constitution devrait également tenir compte de la culture et des caractéristiques du pays", a-t-il ajouté.

Aucune information n'a filtré sur le contenu de ce texte qui devrait être soumis dans une ultime étape à l'approbation des congrès populaires, comme le stipule la théorie du "pouvoir du peuple" du colonel Kadhafi.

En 2007, Seif Al-Islam avait annoncé un projet de réformes politiques, dont la rédaction d'une constitution, pour moderniser le régime sans remettre en question le pouvoir du Guide ou bouleverser les principes de ses théories.

Il a ainsi affirmé que le pouvoir de Mouammar Kadhafi, étaient une "ligne rouge" à respecter en préalable à toute réforme politique.

Pour Seif Al-Islam, les nouveaux textes des lois doivent garantir également l'indépendance de la Banque centrale libyenne, de la Haute Cour, des médias et de la société civile et renforcer le pouvoir du chef du gouvernement.
 

Première publication : 13/12/2008

COMMENTAIRE(S)