Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

Amériques

Lisbonne disposé à accueillir d'ex-détenus de Guantanamo

Texte par Emmanuel SAINT-MARTIN

Dernière modification : 13/12/2008

Désireux d'apporter son soutien au projet de fermeture du centre de détention de Guantanamo, le Portugal a annoncé, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, qu'il était prêt à recevoir d'ex-prisonniers de la base américaine.

AFP - Amnesty International a invité jeudi les pays de l'Union européenne à accueillir des détenus du camp de Guantanamo, à l'image du Portugal, qui a donné selon l'organisation de défense des droits de l'homme un "exemple courageux" en se disant prêt à leur porter assistance.
   
"L'Union européenne et les Etats européens devraient faire preuve de leadership et suivre l'appel du Portugal à prendre sous sa protection les détenus de Guantanamo qui ne peuvent pas rentrer dans leurs pays d'origine", a indiqué Amnesty International dans un communiqué.
   
"Les gouvernements à travers l'Europe devraient suivre l'exemple courageux du Portugal et contribuer à la solution qui mettra fin au scandale pour les droits de l'homme qu'est Guantanamo", a déclaré Daniel Gorevan, qui coordonne la Campagne d'Amnesty "Combattre le terrorisme par la justice".
   
Le ministre portugais des Affaires étrangères Luis Amado a annoncé mercredi que Lisbonne était prête à apporter son aide au gouvernement américain dans son projet de fermeture de Guantanamo en accueillant des détenus.
   
L'association britannique de défense des prisonniers "Reprieve" s'est déclarée de son côté "ravie" de la bonne volonté du Portugal.
   
"Le Portugal est le premier pays membre de l'UE à offrir une assistance aussi directe, mais Reprieve espère que d'autres pays européens vont imiter cette offre", a-t-elle déclaré dans un communiqué.
   
Le président élu Barack Obama s'est engagé à plusieurs reprises au cours de la campagne électorale à fermer la prison de Guantanamo.
   
Le centre de Guantanamo, situé sur une base navale américaine à Cuba, et destiné aux personnes soupçonnées par les Etats-Unis de liens avec Al-Qaïda ou les talibans, est devenu le symbole des excès de "la guerre contre le terrorisme" menée par George W. Bush. Il est très critiqué par la communauté internationale.
   
Plus de 800 hommes ont été enfermés dans ce centre, dont la légitimité est très contestée depuis son ouverture en janvier 2002, et quelque 250 s'y trouvent encore, pour la plupart depuis des années, sans inculpation ni procès.

Première publication : 13/12/2008

COMMENTAIRE(S)