Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Asie - pacifique Asie - pacifique

Pékin, Tokyo et Séoul affichent leur unité face à la crise

Vidéo par Carlotta RANIERI

Dernière modification : 13/12/2008

Réunis en somment à Fukuoka, au Japon, le Premier ministres japonais Taro Aso et son homologue chinois Wen Jiabao ainsi que le président sud-coréen Lee Myung-bak se sont dits confiants dans le rôle de l'Asie pour lutter contre la crise.

AFP - Le Japon, la Chine et la Corée du Sud ont appelé samedi à un renforcement de la coopération en Asie pour affronter la crise économique mondiale, en proposant notamment de recapitaliser la Banque asiatique de développement.
  
Les Premiers ministres japonais, Taro Aso, et chinois, Wen Jiabao, et le président sud-coréen Lee Myung-Bak se sont réunis à Fukuoka (sud-ouest) pour un sommet exceptionnel, largement consacré à l'économie.
  
Représentant les trois-quarts du produit intérieur brut asiatique, les trois pays ont jugé "nécessaire de renforcer la coopération afin de gérer la situation", indique un communiqué commun.
  
Selon les trois dirigeants, les pays d'Asie devraient "jouer leur rôle en tant que +centre de la croissance économique mondiale+, afin de renverser le cours négatif de l'économie mondiale".
  
Pour renforcer la coopération régionale, ils ont appelé à augmenter rapidement le capital de la Banque asiatique de développement (BAD), une institution qui pourrait "aider les pays asiatiques en développement touchés par la crise financière, notamment pour soutenir leurs infrastructures et secteurs financiers".
  
La BAD a averti récemment que la crise économique renforçait ses besoins en argent frais.
  
Les trois dirigeants ont en outre pressé les pays asiatiques de concrétiser leur engagement d'instaurer un fonds régional anticrise, en prolongeant l'"initiative de Chiang Mai", un système d'échange de devises instauré en 2000 après une tempête financière.
  
Tokyo, Pékin et Séoul se sont mis d'accord en octobre avec les dix pays de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean) pour créer un fonds commun de 80 milliards de dollars d'ici juin 2009.
  
Vendredi, la banque centrale de Corée du Sud avait annoncé une extension des accords d'échange de devises avec la Chine et le Japon, afin d'apaiser les tensions sur le won, la monnaie sud-coréenne, attaquée depuis le début de la crise financière.
  
MM. Aso, Wen et Lee n'ont annoncé samedi aucune décision concrète. Mais selon le Premier ministre chinois, le principe même de ce sommet constituait "une étape importante".
  
Il s'agit de la première réunion tripartite entre les trois puissances, en dehors des réunions multilatérales. Elle aurait été inimaginable il y a encore deux ans, lorsque Chine et Corée du Sud reprochaient vertement au Japon de ne pas exprimer de regrets pour sa politique impérialiste avant et pendant la Seconde guerre mondiale.
  
Des désaccords à propos de la souveraineté sur des groupes d'îles provoquent toutefois encore des sautes d'humeur entre Tokyo et ses voisins.
  
M. Aso s'est plaint auprès de M. Wen du passage récent de navires chinois dans une zone que Tokyo, tout comme Pékin, considère comme ses eaux territoriales.
  
Mais les trois pays s'efforcent d'apaiser leurs relations depuis 2006 et ont souligné samedi qu'ils envisageaient un "avenir pacifique, prospère et viable pour la région".
  
Ils ont aussi appelé à une reprise des pourparlers à six pays comprenant, outre eux-mêmes, la Corée du Nord, les Etats-Unis et la Russie, pour concrétiser l'engagement de la Corée du Nord à abandonner ses activités nucléaires.
  
Les discussions se sont soldées par un échec jeudi à Pékin, poussant l'administration américaine à suspendre ses livraisons de fuel promises à Pyongyang.
  
"Lorsque l'administration Obama sera en place aux Etats-Unis, les discussions pourront vraiment reprendre", a déclaré M. Lee à l'issue du sommet.
  

Première publication : 13/12/2008

COMMENTAIRE(S)