Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : la loi sur la consommation de stupéfiants assouplie

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Le Pen et Macron présents à l'hommage au policier tué

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'hommage à Xavier Jugelé émeut mais n'évite pas les polémiques

En savoir plus

LE DÉBAT

État d'urgence en France : les policiers trop exposés ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Emmanuel Macron est soutenu par les marchés financiers"

En savoir plus

Amériques

Raul Castro choisit le Venezuela pour sa première visite officielle

Vidéo par Laure DE MATOS

Dernière modification : 14/12/2008

Raul Castro est au Venezuela, principal allié économique et politique de Cuba, pour sa première visite en tant que chef d'État. "Son premier geste sera d'aller (...) rendre les honneurs à Bolivar", a indiqué le président vénézuélien.

REUTERS - Le président cubain Raul Castro est arrivé samedi à Caracas où il a été chaleureusement accueilli par son homologue vénézuélien Hugo Chavez, à l'occasion de son premier voyage officiel depuis qu'il a pris les rênes de son pays en février.
 

Chavez est venu personnellement accueillir Castro sur le tarmac de l'aéroport lors d'une cérémonie en grande pompe, avec tapis rouge, coups de canon, hymnes nationaux et garde d'honneur de la marine en uniforme blanc.
 

Raul Castro, 77 ans, frère cadet de Fidel Castro, considère Chavez comme son "neveu", ce dernier ayant apporté un important soutien à l'économie cubaine, toujours soumise à un embargo américain.
 

Illustrant les liens d'amitié qui unissent les deux pays, Chavez a brièvement pris Castro dans ses bras avant de l'escorter, main sur l'épaule.
 

Lors de sa visite, Castro doit signer plusieurs accords économiques et déposera une gerbe sur la tombe de Simon Bolivar, figure emblématique de l'émancipation de l'Amérique latine de la tutelle espagnole.
 

Très critiques à l'égard de l'administration Bush, Castro et Chavez ont adopté un ton plus diplomatique et conciliant à l'égard du prochain président américain Barack Obama.

Première publication : 13/12/2008

COMMENTAIRE(S)