Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Esplanade des Mosquées : "Israël commence à retirer les détecteurs de métaux"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Grèce de retour sur le marché obligataire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Destructeur", le feu ravage la Corse et le Sud-Est

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'absence remarquée de Macron à la conférence sur le sida

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence mondiale sur le sida : où en est la lutte contre le virus ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence mondiale sur le sida : où en est la lutte contre le virus ?

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

Brown offre sa médiation dans la crise indo-pakistanaise

Dernière modification : 14/12/2008

En visite en Inde et au Pakistan afin de désamorcer la crise entre les deux pays, le Premier ministre britannique a affirmé que Londres pourrait demander à Islamabad d'interroger toute personne impliquée dans les attaques de Bombay.

AFP -La police britannique pourrait demander au Pakistan d'entendre tout suspect dans les attaques de Bombay (Inde) fin novembre, dans lesquelles un Britannique a été tué, a indiqué dimanche un membre de l'entourage du Premier ministre Gordon Brown en visite au Pakistan.
  
Des enquêteurs britanniques "devraient" demander à entendre "quiconque serait suspect" au Pakistan d'être impliqué dans les attaques de Bombay, dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Britanniques au cours du drame, a expliqué aux journalistes un haut responsable du gouvernement britannique qui accompagnait M. Brown à son arrivée à Islamabad, et qui a requis l'anonymat.
  
Un homme d'affaires anglo-chypriote avait été tué dans les attaques qui ont visé notamment les Occidentaux dans des hôtels de luxe de Bombay.
  
M. Brown effectuait dimanche une brève navette entre les capitales des deux voisins et puissances militaires nucléaires rivales pour tenter de désamorcer la crise qui s'intensifie entre elles.
  
New Delhi exige qu'Islamabad lui livre une quarantaine de "terroristes", dont des suspects dans les attaques de Bombay, ce que refuse catégoriquement le Pakistan qui promet de les juger lui-même s'il s'avère qu'ils sont impliqués.
  
Avant de quitter New Delhi une heure plus tôt, M. Brown avait affirmé que le groupe armé islamiste pakistanais Lashkar-e-Taïba (LeT) avait perpétré les attaques qui avaient fait 163 morts, comme l'en accuse le gouvernement indien.
  
Le seul survivant du commando de 10 assaillants, arrêté à Bombay, aurait avoué, selon New Delhi, être pakistanais et membre du LeT.
  
Depuis jeudi, Islamabad a arrêté plusieurs dizaines de personnes soupçonnées d'être membres de ce groupe interdit depuis 2002 ou d'une fondation caritative considérée comme son aile publique.
  
Selon cette même source gouvernementale, la police britannique a également demandé à l'Inde de pouvoir éventuellement interroger le membre survivant du commando, qui s'appelle Mohammed Ajmal Amir Iman selon les enquêteurs indiens.
  
"Nous attendrons d'avoir davantage d'informations sur la manière dont le LeT fonctionne", a poursuivi cette source, ajoutant que Londres avait proposé à l'Inde son aide dans l'enquête, en particulier dans le domaine de la médecine légale.
  
La mission-éclair de M. Brown, de quelques heures en Inde et au Pakistan, intervient alors qu'Islamabad assure que deux avions de chasse indiens ont violé samedi l'espace aérien pakistanais, survolant des zones où le LeT est réputé actif, ce que l'Inde a démenti dans la matinée.
 

Première publication : 14/12/2008

COMMENTAIRE(S)