Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Hamas ne reconduira pas la trêve conclue avec Israël

Vidéo par Karina CHABOUR

Dernière modification : 15/12/2008

Alors que des milliers de Palestiniens célèbrent à Gaza le 21ème anniversaire de la création du Hamas, Khaled Mechaal, leader en exil à Damas, affirme que la trêve avec Israël, qui arrive à son terme vendredi, ne sera "pas renouvelée".

AFP - Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, a affirmé dimanche que la trêve avec Israël, en vigueur depuis six mois et qui arrive à son terme vendredi, ne serait "pas renouvelée", au moment où le mouvement islamiste se livrait à Gaza à une démonstration de force.
   
"La trêve était limitée à six mois et s'achève le 19 décembre. Sachant que l'ennemi ne respecte pas ses engagements et que le siège (de Gaza) est toujours en place contre notre peuple, pour le Hamas, et je pense la majorité des forces, la trêve prend fin après le 19 décembre et ne sera pas renouvelé", a dit Khaled Mechaal, en exil à Damas, dans un entretien avec la télévision satellitaire Al-Quds du Hamas.
   
Lors de cette interview, réalisée à l'occasion du 21e anniversaire du Hamas, il a toutefois ajouté que les discussions au sein du mouvement et avec les autres groupes palestiniens se poursuivaient et qu'une réponse officielle serait donnée à Israël "dans les prochains jours".
   
Avant même sa diffusion, le Hamas avait fait savoir dans un communiqué que la trêve ne serait "probablement pas renouvelée".
   
Un responsable du bureau de presse du mouvement à Damas, Oussama Abou Khaled, avait aussi évoqué auprès de l'AFP cette faible probabilité "alors que l'agression israélienne se poursuit contre la Cisjordanie et Gaza et que le blocus sur Gaza est maintenu".
   
De son côté, Israël, qui a dépêché dimanche un haut responsable au Caire pour discuter de la trêve, s'est dit favorable à une reconduction à condition que le Hamas la respecte, selon un porte-parole du Premier ministre.
   
"Israël est intéressé à ce que le calme règne dans le sud (près de la bande de Gaza). Il était et est toujours prêt à respecter les engagements obtenus par l'intermédiaire de l'Egypte" a déclaré à l'AFP Mark Regev, le porte-parole d'Ehud Olmert.
   
Citée par son bureau, la ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a toutefois réaffirmé peu après la volonté de l'Etat hébreu de déloger à terme le Hamas du pouvoir à Gaza.
   
"Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser Gaza sous le contrôle du Hamas", a déclaré la chef du parti Kadima (centre-droit), en course pour le poste de Premier ministre lors des législatives du 10 février.
   
La trêve, entrée en vigueur le 19 juin, était mise à mal depuis début novembre par la recrudescence des violences et le renforcement du blocus contre le territoire palestinien.
   
En riposte à la multiplication des tirs de roquettes et d'obus de mortier palestiniens, Israël a fermé pratiquement hermétiquement les points de passage par où sont acheminés nourriture et produits de première nécessité dans la bande de Gaza, où vivent 1,5 million de Palestiniens dans des conditions misérables.
   
Dimanche, le mouvement islamiste organisait dans ce territoire un rassemblement de masse destiné à montrer son assise populaire à Israël mais aussi au parti rival Fatah, dirigé par le président palestinien Mahmoud Abbas.
   
Si Israël "a l'intention de mener une nouvelle agression, nous lui disons: Nous nous défendrons, nous défendrons notre terre et nos droits", a clamé le Premier ministre du gouvernement Hamas, Ismaïl Haniyeh, devant plusieurs dizaines de milliers de partisans réunis pour l'occasion sur une grande place de Gaza, couverte de drapeaux verts du mouvement.
   
Malgré le blocus israélien, "l'argent et les armes (fournies) aux séditieux (le Fatah, ndlr) pour mener un coup d'Etat", le Hamas "est plus fort et restera plus fort car il tire sa force de Dieu", a-t-il martelé, ajoutant au passage que le président américain sortant George W. Bush avait "échoué" à le renverser.
   
Le mouvement islamiste a été créé le 14 décembre 1987 après le début de la première Intifada par un groupe de militants se réclamant des Frères musulmans, dont le cheikh Ahmed Yassine.
 

Première publication : 14/12/2008

COMMENTAIRE(S)