Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Sports

Leveaux multiplie les exploits aux championnats d'Europe

Dernière modification : 14/12/2008

Premier nageur à être passé sous la barre des 45 secondes en finale du 100 mètres nage libre, Amaury Leveaux survole la compétition. Lors des séries, le Français a battu son propre record du monde du 50 mètres papillon en petit bassin.

AFP - Amaury Leveaux a battu son propre record du monde du 50 m papillon en petit bassin en 22 sec 18/100, en séries des Championnats d'Europe, dimanche à Rijeka.

Leveaux s'était approprié la marque il y a une semaine lors des Championnats de France à Angers (22.29), le premier record du monde de sa carrière.

A 23 ans, le Mulhousien est la révélation de la compétition continentale où il a battu quatre records du monde avec celui du 50 m nage libre jeudi (20.48) et ceux du 100 m nage libre, vendredi (45.12) et samedi (44.94).

A Rijeka, Leveaux, vice-champion olympique 2008 du 50 m nage libre, s'est offert les deux premiers titres internationaux de sa carrière.

Leveaux devrait encore s'aligner dimanche matin en séries du 200 m nage libre, une distance pour laquelle il est vice-champion d'Europe en titre en grand bassin.

Première publication : 14/12/2008

COMMENTAIRE(S)