Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

Sports

Leveaux multiplie les exploits aux championnats d'Europe

Dernière modification : 14/12/2008

Premier nageur à être passé sous la barre des 45 secondes en finale du 100 mètres nage libre, Amaury Leveaux survole la compétition. Lors des séries, le Français a battu son propre record du monde du 50 mètres papillon en petit bassin.

AFP - Amaury Leveaux a battu son propre record du monde du 50 m papillon en petit bassin en 22 sec 18/100, en séries des Championnats d'Europe, dimanche à Rijeka.

Leveaux s'était approprié la marque il y a une semaine lors des Championnats de France à Angers (22.29), le premier record du monde de sa carrière.

A 23 ans, le Mulhousien est la révélation de la compétition continentale où il a battu quatre records du monde avec celui du 50 m nage libre jeudi (20.48) et ceux du 100 m nage libre, vendredi (45.12) et samedi (44.94).

A Rijeka, Leveaux, vice-champion olympique 2008 du 50 m nage libre, s'est offert les deux premiers titres internationaux de sa carrière.

Leveaux devrait encore s'aligner dimanche matin en séries du 200 m nage libre, une distance pour laquelle il est vice-champion d'Europe en titre en grand bassin.

Première publication : 14/12/2008

COMMENTAIRE(S)