Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EUROPE

Un ministère pris pour cible au huitième jour des manifestations

Vidéo par Karina CHABOUR

Dernière modification : 15/12/2008

La huitième journée de manifestations étudiantes s'est achevée, samedi, par des affrontements en marge de la veillée organisée à la mémoire d'Alexandros Grigoropoulos. Les émeutiers s'en sont pris à un bâtiment ministériel.

Reuters - Au terme d'une journée de manifestations étudiantes plutôt calmes, des émeutiers grecs s'en sont pris samedi soir à un bâtiment ministériel, à des magasins et à des banques d'Athènes, où les heurts avec la police ont repris pour le huitième jour consécutif.

Les affrontements ont éclaté au terme d'une veillée organisée à la mémoire d'Alexandros Grigoropoulos, l'adolescent de 15 ans tué par un policier le 6 décembre. Sa mort a provoqué des émeutes d'une violence sans précédent depuis la chute du régime des colonels, en 1974.

De petits groupes de manifestants ont affronté en fin de soirée les policiers dans plusieurs quartiers de la capitale, dont celui d'Exarchia, où l'adolescent a été tué.

Les émeutiers, qui portaient des cagoules ou des masques à gaz, ont mis le feu à des poubelles et lancé des pierres en direction des policiers à Exarchia. Ils ont également lancé des cocktails Molotov contre un bâtiment du ministère de l'Environnement et détruit les devantures de quatre magasins et les vitres de deux banques du centre d'Athènes, a déclaré à Reuters un responsable de la police.

Les policiers antiémeutes ont riposté à coups de grenades lacrymogènes. Les violences de la nuit sont toutefois restées très localisées et sans commune mesure avec celles de la semaine écoulée.

Dans la journée, le centre d'Athènes a retrouvé son calme et les magasins ont rouvert. Des commerçants ont commencé à remettre leurs vitrines en état et des employés municipaux ont réparé les décorations de Noël endommagées par les émeutiers.

"L'Etat tue"

Vers midi, quelques centaines de manifestants vêtus de T-shirts blancs et portant des fleurs, ont défilé dans le calme. Le cortège, dans lequel se trouvaient des camarades de classe d'Alexandros Grigoropoulos et des familles ordinaires, s'est rendu sur la place Syntagma, devant le parlement grec, au coeur de la capitale.

"Nous sommes venus ici pour rendre hommage à Alexandros", a déclaré une femme de 37 ans, technicienne à la télévision, accompagnée de son mari et de leur petit garçon de huit ans.

"L'Etat tue" ou "A bas le gouvernement d'assassins", pouvait-on lire sur des banderoles.

Les émeutes de la semaine, qui ont gagné une dizaine de villes ont fait 200 millions d'euros de dégâts rien qu'à Athènes. La police, qui a procédé à 423 interpellations depuis le début des troubles, redoute de nouveaux débordements, la semaine prochaine.

L'inculpation et l'incarcération du policier qui a tué le jeune Grigoropoulos et d'un de ses collègues n'ont pas totalement apaisé les esprits.

Les manifestants réunis samedi devant le parlement étaient partagés, certains reprochant à la police un recours excessif à la force, d'autres affirmant en avoir assez des violences.

"Nous sommes ici pour exprimer notre chagrin parce que personne ne nous comprend. Ils tuent des enfants sans raison", a dit Irini, 16 ans, qui fréquentait la même école que Grigoropoulos.

Pour Elias Alkies, un étudiant de 20 ans, il n'est pas question de condamner les débordements de la semaine écoulée mais d'autres formes de manifestation sont possibles.

"Nous portons du blanc parce que nous voulons montrer que nous ne sommes pas comme ceux qui cassent", a-t-il précisé.

Un sondage, réalisé avant le début des émeutes mais publié seulement samedi dans le journal "Ethnos", montre que le parti Nouvelle Démocratie du Premier ministre Costas Caramanlis est en nette perte de vitesse dans l'opinion publique.

Nouvelle Démocratie dispose d'une majorité d'un seul siège au parlement et son recul dans les sondages profite à l'opposition socialiste.

Première publication : 14/12/2008

COMMENTAIRE(S)