Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Un ministère pris pour cible au huitième jour des manifestations

Vidéo par Karina CHABOUR

Dernière modification : 15/12/2008

La huitième journée de manifestations étudiantes s'est achevée, samedi, par des affrontements en marge de la veillée organisée à la mémoire d'Alexandros Grigoropoulos. Les émeutiers s'en sont pris à un bâtiment ministériel.

Reuters - Au terme d'une journée de manifestations étudiantes plutôt calmes, des émeutiers grecs s'en sont pris samedi soir à un bâtiment ministériel, à des magasins et à des banques d'Athènes, où les heurts avec la police ont repris pour le huitième jour consécutif.

Les affrontements ont éclaté au terme d'une veillée organisée à la mémoire d'Alexandros Grigoropoulos, l'adolescent de 15 ans tué par un policier le 6 décembre. Sa mort a provoqué des émeutes d'une violence sans précédent depuis la chute du régime des colonels, en 1974.

De petits groupes de manifestants ont affronté en fin de soirée les policiers dans plusieurs quartiers de la capitale, dont celui d'Exarchia, où l'adolescent a été tué.

Les émeutiers, qui portaient des cagoules ou des masques à gaz, ont mis le feu à des poubelles et lancé des pierres en direction des policiers à Exarchia. Ils ont également lancé des cocktails Molotov contre un bâtiment du ministère de l'Environnement et détruit les devantures de quatre magasins et les vitres de deux banques du centre d'Athènes, a déclaré à Reuters un responsable de la police.

Les policiers antiémeutes ont riposté à coups de grenades lacrymogènes. Les violences de la nuit sont toutefois restées très localisées et sans commune mesure avec celles de la semaine écoulée.

Dans la journée, le centre d'Athènes a retrouvé son calme et les magasins ont rouvert. Des commerçants ont commencé à remettre leurs vitrines en état et des employés municipaux ont réparé les décorations de Noël endommagées par les émeutiers.

"L'Etat tue"

Vers midi, quelques centaines de manifestants vêtus de T-shirts blancs et portant des fleurs, ont défilé dans le calme. Le cortège, dans lequel se trouvaient des camarades de classe d'Alexandros Grigoropoulos et des familles ordinaires, s'est rendu sur la place Syntagma, devant le parlement grec, au coeur de la capitale.

"Nous sommes venus ici pour rendre hommage à Alexandros", a déclaré une femme de 37 ans, technicienne à la télévision, accompagnée de son mari et de leur petit garçon de huit ans.

"L'Etat tue" ou "A bas le gouvernement d'assassins", pouvait-on lire sur des banderoles.

Les émeutes de la semaine, qui ont gagné une dizaine de villes ont fait 200 millions d'euros de dégâts rien qu'à Athènes. La police, qui a procédé à 423 interpellations depuis le début des troubles, redoute de nouveaux débordements, la semaine prochaine.

L'inculpation et l'incarcération du policier qui a tué le jeune Grigoropoulos et d'un de ses collègues n'ont pas totalement apaisé les esprits.

Les manifestants réunis samedi devant le parlement étaient partagés, certains reprochant à la police un recours excessif à la force, d'autres affirmant en avoir assez des violences.

"Nous sommes ici pour exprimer notre chagrin parce que personne ne nous comprend. Ils tuent des enfants sans raison", a dit Irini, 16 ans, qui fréquentait la même école que Grigoropoulos.

Pour Elias Alkies, un étudiant de 20 ans, il n'est pas question de condamner les débordements de la semaine écoulée mais d'autres formes de manifestation sont possibles.

"Nous portons du blanc parce que nous voulons montrer que nous ne sommes pas comme ceux qui cassent", a-t-il précisé.

Un sondage, réalisé avant le début des émeutes mais publié seulement samedi dans le journal "Ethnos", montre que le parti Nouvelle Démocratie du Premier ministre Costas Caramanlis est en nette perte de vitesse dans l'opinion publique.

Nouvelle Démocratie dispose d'une majorité d'un seul siège au parlement et son recul dans les sondages profite à l'opposition socialiste.

Première publication : 14/12/2008

COMMENTAIRE(S)