Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Il y a une gémellité atroce entre Assad et l’EI"

En savoir plus

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Les Peshmerga sont les seuls à mener vraiment la guerre contre l’EI"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Procès de Freddie Gray : les réactions à Baltimore

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Circulation(s)" : coup de projecteur sur la photo emergente

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Blocages en France : Manuel Valls peut-il tenir ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Elle", un thriller aussi pervers que puissant

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Lutte contre la pauvreté : la guerre des modèles

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : l'horizon s'éclaircit sur le front du chômage

En savoir plus

LE DÉBAT

Grèce : Tsipras va-t-il mener son pays vers encore plus d'austérité ? (partie 1)

En savoir plus

Démission du ministre de l'Intérieur

Dernière modification : 15/12/2008

Critiqué par la presse, le ministre indien de l'Intérieur a démissionné dimanche, assumant la "responsabilité morale" après les attaques d'islamistes à Bombay.

AFP- Le ministre indien de l'Intérieur, Shivraj Patil, a démissionné dimanche, indiquant qu'il se sentait dans l'obligation d'assumer la "responsabilité morale" après les attaques d'islamistes à Bombay, selon une source gouvernementale.

M. Patil, largement critiqué dans les médias pour n'avoir pas pu assurer la sécurité intérieure, a donné sa démission au Premier ministre Manmohan Singh, "assumant la responsabilité morale" pour les attaques qui ont fait près de 200 morts, a indiqué à l'AFP une source au ministère de l'Intérieur.

La démission du ministre de l'Intérieur intervient au lendemain d'une réunion des instances dirigeantes du Parti du Congrès au pouvoir.

Le ministre a indiqué lors de cette réunion qu'il était prêt à se retirer si cela pouvait contribuer à faire retomber la pression qui pèse sur le gouvernement, a indiqué l'agence indienne Press Trust of India (PTI).

Avant même les attaques de Bombay, qui ont fait près de 200 morts, des appels à la démission de M. Patil avaient été lancés à la suite des attentats de New Delhi en septembre et dans l'Etat de l'Assam, au nord-est du pays, en octobre.
 

Première publication : 15/12/2008

COMMENTAIRE(S)