Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

Culture

Hollywood redoute une grève des acteurs

Dernière modification : 15/12/2008

Après la grève des scénaristes américains qui a fait perdre 2 milliards de dollars à l'industrie cinématographique, Hollywood craint une grève des acteurs. Le non-renouvellement du contrat qui les lie aux producteurs est mis en cause.

AFP - Après s'être remis en 2008 d'une longue grève des scénaristes de cinéma et de télévision, Hollywood envisage nerveusement un possible arrêt de travail des acteurs dès le mois prochain.

Le mouvement social des scénaristes a pris fin en février, à l'issue de 100 jours de paralysie de la production audiovisuelle américaine. Les grévistes avaient fini par obtenir du patronat une partie des bénéfices dégagés par l'exploitation de leur travail sur les nouveaux médias numériques.

L'accord conclu entre le syndicat des scénaristes (WGA) et l'alliance des producteurs de cinéma et de télévision (AMPTP) a été qualifié de progrès important par des experts. Ces derniers ont noté que ce texte anticipait un développement exponentiel de la consommation de contenus à la demande.

"Etablir le principe que la WGA peut bénéficier de l'internet et des nouveaux médias est un pas en avant historique", avait dit à l'AFP Jason Squire, professeur à l'université de Californie du sud (USC) et spécialiste de l'industrie du cinéma.

Mais la paralysie du secteur avait coûté quelque deux milliards de dollars en perte d'activité, selon certains économistes, et failli ruiner complètement la saison des récompenses. Les Golden Globes avaient été annulés et remplacés par une conférence de presse, tandis que les Oscars avaient pu être sauvés in extremis par l'accord de fin de conflit.

Alors que l'économie américaine est entrée en récession, le secteur audiovisuel a désormais les yeux tournés vers le SAG, le plus important syndicat d'acteurs de Hollywood, fort de plus de 120.000 membres.

Le SAG et l'AMPTP ne sont pas parvenus à un accord sur le renouvellement du contrat triennal qui les liait et a expiré fin juin. Les négociations sont bloquées et les deux parties engagées dans une guerre des mots par communiqués et publicités interposés.

Le SAG a annoncé qu'il allait consulter ses membres par vote à partir du 2 janvier sur une autorisation de grève. Mais la base du syndicat est divisée sur la conduite à adopter, étant donné l'état alarmant de l'économie.

"On ne peut pas ignorer ce qui se passe du point de vue économique", a déclaré au Los Angeles Times l'acteur David Duchovny, star des "X-Files" et de la série "Californication".

"Tout le monde veut continuer à travailler. Même s'il y a peu de travail, ce serait désastreux qu'il n'y en ait plus du tout", a ajouté M. Duchovny, l'une des célébrités du 7e art ayant participé à des piquets de grève de la WGA début 2008.

Dans ce contexte de tension sociale et de déprime économique, les recettes au box-office sont restées remarquablement bonnes en 2008, grâce en grande partie à des histoires de super-héros et au retour d'Indiana Jones.

"Batman, le chevalier noir" a battu le record de recettes en trois jours d'exploitation avec 158,4 millions de dollars. Il est ensuite devenu le deuxième film de l'histoire au box-office nord-américain, totalisant 530 millions de dollars.

Auparavant, "Iron Man", adaptation d'un autre "comics" avec Robert Downey Jr. dans le rôle titre, avait créé la surprise en raflant 318 millions, coiffant sur le poteau le grand favori de l'été, "Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal" (317 millions).

Début décembre, le box-office nord-américain était supérieur de 1,4% à celui de l'année précédente. Mais il n'était pas encore assuré qu'il égale ou dépasse à la fin du mois les recettes record établies en 2007: 9,66 milliards de dollars.
 

Première publication : 15/12/2008

COMMENTAIRE(S)