Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Islamabad refuse que les Britanniques interrogent des suspects

Dernière modification : 15/12/2008

Islamabad refuse que des suspects dans les attaques de Bombay soient interrogés par des enquêteurs britanniques, demande formulée par Gordon Brown qui avait offert sa médiation pour résoudre la crise entre l'Inde et le Pakistan.

AFP - Le Pakistan a rejeté une demande du Premier ministre britannique Gordon Brown que des enquêteurs britanniques puissent interroger des suspects pakistanais arrêtés à la suite des attentats de Bombay, a déclaré lundi le Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani.

M. Brown s'est rendu dimanche à New Delhi puis à Islamabad pour désamorcer les tensions apparues entre le Pakistan et l'Inde après les attentats commis fin novembre à Bombay, qui ont fait 172 morts, dont neuf des dix assaillants, et que New Delhi attribue à un groupe armé islamiste pakistanais, le Lashkar-e-Taiba (LeT).

"Le Premier ministre Yousuf Raza Gilani a déclaré que pendant sa rencontre dimanche avec le Premier ministre britannique, il avait rejeté sa demande que la Grande-Bretagne interroge les Pakistanais arrêtés après les attentats de Bombay", indique un communiqué du bureau de M. Gilani.

M. Gilani a fait cette déclaration devant le Parlement fédéral pakistanais au commencement d'un débat sur la situation créée par les attentats de Bombay, précise le communiqué.

"Il a dit qu'il avait déclaré à Gordon Brown que s'il y avait des preuves (contre elles), ces personnes seraient poursuivies dans le cadre de la loi du Pakistan", ajoute le communiqué du bureau du Premier ministre.

Un Britannique a été tué dans les attentats de Bombay, qui ont notamment visé des hôtels de luxe fréquentés par les Occidentaux dans la capitale économique et financière de l'Inde.

Pendant la brève visite de M. Brown à Islamabad, un membre de son entourage avait déclaré que la police britannique pourrait demander au Pakistan d'entendre toute personne soupçonnée en relation avec les attentats de Bombay.

Selon New Delhi, le seul survivant du commando de dix assaillants, arrêté à Bombay et détenu par les autorités indiennes, a déclaré être pakistanais et membre du LeT.

New Delhi exige qu'Islamabad lui livre une quarantaine de "terroristes", dont des suspects dans les attentats de Bombay, ce que refuse catégoriquement le Pakistan, qui promet de les juger lui-même s'il s'avère qu'ils sont impliqués.

Depuis jeudi, Islamabad a arrêté plusieurs dizaines de personnes soupçonnées d'être membres du Lashkar-e-Taiba, interdit depuis 2002, ou d'une fondation caritative considérée comme son aile publique.

Première publication : 15/12/2008

COMMENTAIRE(S)