Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump accuse Google de rouler pour Hillary Clinton

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Soudan accusé d'attaques chimiques au Darfour

En savoir plus

POLITIQUE

Primaire de la droite : semaine maudite pour Nicolas Sarkozy

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle américaine : avantage Hillary Clinton

En savoir plus

FOCUS

L’Afghanistan dans l’impasse politique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Exposition "Hergé" : qui était le créateur de Tintin ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

New Delhi hausse le ton contre Islamabad

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/12/2008

L’Inde pointe plus que jamais du doigt le Pakistan comme "épicentre du terrorisme islamique", mais se garde, pour l’heure, de songer à une opération militaire en représailles aux attentats de Bombay.

Dès les premières heures des attaques, les soupçons de l’Inde se sont portés sur le Pakistan. Sans citer nommément son voisin, l’Inde a évoqué par la voix du ministre de l’Intérieur une "vaste conspiration".

 

Ministre indien de l’Intérieur

 

Deux semaines après la série d’attaques (163 morts et 9 assaillants tués), New Delhi accentue la pression sur Islamabad. Du Premier ministre au chef de la diplomatie, en passant par le ministre de l’Intérieur, les principaux chefs de l’exécutif haussent le ton contre leur puissant voisin.

 

Le 26 novembre 2008, Bombay a été frappée par une série d'attentats

 

Pour New Delhi, l’origine du carnage qui a endeuillé la capitale économique du pays ne fait pas l’ombre d’un doute. Les dix membres du commando venaient tous du Cachemire voisin, le fief du Lashkar-e-Taïba. Interdit par les autorités pakistanaises, ce groupe armé apparu danse cache derrière l'organisation caritative Jamaat-ud-Dawa.

 

11 décembre 2008. Un reportage de Matthieu MABIN (Correspondant de France 24 au Pakistan)

 


Le Lashkar-e-Taïba réfute d’un trait de main les accusations des autorités indiennes. Le "numéro deux" du groupe, rencontré par le correspondant de FRANCE 24 dans la banlieue de Lahore, présente son mouvement comme une organisation caritative soucieuse du bien-être des Pakistanais. Il met pourtant l’Inde en garde et lui promet la confrontation si elle veut la guerre.

 

4 décembre 2008. Un reportage de Matthieu MABIN (Correspondant de France 24 au Pakistan)

 

Dans le même temps, Washington pressait son principal allié dans la région du sous-continent indien de collaborer avec New Delhi dans l’enquête.

 

Condoleezza Rice, secrétaire d'État américain


Face à cette pression, les autorités pakistanaises se sont déclarées disposées à une collaboration entre services de renseignements des deux pays. Illustration de la "bonne volonté" du Pakistan sur ce dossier, le gouvernement pakistanais a annoncé l’arrestation de deux dirigeants du Lashkar-e-Taïba.

 

11 décembre 2008. Récit de Clément Massé.

 

Dans la foulée de cette opération, Islamabad a décidé de placer le fondateur du Lashkar-e-Taïba en résidence surveillée. Mais refuse de remettre à l’Inde les suspects arrêtés.

 

Première publication : 15/12/2008

COMMENTAIRE(S)