Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

New Delhi hausse le ton contre Islamabad

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/12/2008

L’Inde pointe plus que jamais du doigt le Pakistan comme "épicentre du terrorisme islamique", mais se garde, pour l’heure, de songer à une opération militaire en représailles aux attentats de Bombay.

Dès les premières heures des attaques, les soupçons de l’Inde se sont portés sur le Pakistan. Sans citer nommément son voisin, l’Inde a évoqué par la voix du ministre de l’Intérieur une "vaste conspiration".

 

Ministre indien de l’Intérieur

 

Deux semaines après la série d’attaques (163 morts et 9 assaillants tués), New Delhi accentue la pression sur Islamabad. Du Premier ministre au chef de la diplomatie, en passant par le ministre de l’Intérieur, les principaux chefs de l’exécutif haussent le ton contre leur puissant voisin.

 

Le 26 novembre 2008, Bombay a été frappée par une série d'attentats

 

Pour New Delhi, l’origine du carnage qui a endeuillé la capitale économique du pays ne fait pas l’ombre d’un doute. Les dix membres du commando venaient tous du Cachemire voisin, le fief du Lashkar-e-Taïba. Interdit par les autorités pakistanaises, ce groupe armé apparu danse cache derrière l'organisation caritative Jamaat-ud-Dawa.

 

11 décembre 2008. Un reportage de Matthieu MABIN (Correspondant de France 24 au Pakistan)

 


Le Lashkar-e-Taïba réfute d’un trait de main les accusations des autorités indiennes. Le "numéro deux" du groupe, rencontré par le correspondant de FRANCE 24 dans la banlieue de Lahore, présente son mouvement comme une organisation caritative soucieuse du bien-être des Pakistanais. Il met pourtant l’Inde en garde et lui promet la confrontation si elle veut la guerre.

 

4 décembre 2008. Un reportage de Matthieu MABIN (Correspondant de France 24 au Pakistan)

 

Dans le même temps, Washington pressait son principal allié dans la région du sous-continent indien de collaborer avec New Delhi dans l’enquête.

 

Condoleezza Rice, secrétaire d'État américain


Face à cette pression, les autorités pakistanaises se sont déclarées disposées à une collaboration entre services de renseignements des deux pays. Illustration de la "bonne volonté" du Pakistan sur ce dossier, le gouvernement pakistanais a annoncé l’arrestation de deux dirigeants du Lashkar-e-Taïba.

 

11 décembre 2008. Récit de Clément Massé.

 

Dans la foulée de cette opération, Islamabad a décidé de placer le fondateur du Lashkar-e-Taïba en résidence surveillée. Mais refuse de remettre à l’Inde les suspects arrêtés.

 

Première publication : 15/12/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)