Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

Economie

Goldman Sachs enregistre ses premières pertes

Dernière modification : 24/10/2009

La banque d'affaire réputée pour l'efficacité de sa stratégie Goldman Sachs, qui avait réussi à rester bénéficiaire malgré l'intensification de la crise, a enregistré une première perte trimestrielle nette de 2,12 milliards de dollars.

AFP - La banque d'affaires Goldman Sachs, qui faisait l'admiration de ses pairs pour avoir réussi à rester bénéficiaire en dépit de l'intensification de la crise financière, a fait état mardi de sa première perte trimestrielle, plus lourde qu'attendu par le marché.

Le plus prestigieux des établissements de Wall Street, réputé à la fois pour l'efficacité de sa stratégie et pour son rôle de pépinière de responsables politiques de haut vol à Washington, a accusé une perte nette de 2,12 milliards de dollars au quatrième trimestre, clos fin novembre.

La perte est inédite pour la banque depuis son introduction en Bourse en 1999. Il y a un an, elle avait dégagé un bénéfice de 3,16 milliards de dollars, alors que nombre de ses pairs alignaient déjà les milliards de dollars de dépréciations pour avoir été trop gourmands sur les produits adossés à des créances hypothécaires à risques ("subprime").

Le marché s'attendait à ce que Goldman Sachs passe dans le rouge au cours de ces trois mois qui ont marqué le paroxysme de la crise financière et économique au niveau mondial, mais pas d'autant: la perte nette représente 4,97 dollars par action, contre -3,50 dollars envisagé par les analystes.

Goldman Sachs a dû effectuer d'importantes dépréciations pour faire face à la dégradation continue des marchés financiers, du crédit et de l'immobilier.

"Des dépréciations que le groupe n'avait pas effectuées précédemment", fait remarquer Jon Ogg, du site d'analyse 24/7 Wall Street.

La banque n'a pas précisé le montant total de ces dépréciations. Mais l'ampleur de son effort s'est traduite par un produit net bancaire --l'équivalent du chiffre d'affaires pour une banque-- négatif de 1,58 milliard de dollars.

Goldman Sachs a indiqué avoir passé des provisions particulièrement importantes dans ses activités de négoce en compte propre, dont le chiffre d'affaires a été négatif de 4,36 milliards, alors qu'il était positif de 6,93 milliards un an plus tôt.

Cela ne suffisait pas pour décourager les investisseurs et l'action Goldman Sachs prenait 8,22%, à 71,92 dollars, vers 15H50 GMT.

"Beaucoup comprennent que Goldman a retiré tout ce qu'elle pouvait de ses comptes afin d'afficher une normalisation en 2009", estime M. Ogg.

Le PDG Lloyd Blankfein a souligné que "les résultats du quatrième trimestre reflètent les conditions extrêmement difficiles dans lesquelles (le groupe) a du opérer, y compris un fort déclin de la valeur de pratiquement tous les types d'actifs".

"Si notre performance trimestrielle n'a évidemment pas répondu à nos attentes, Goldman Sachs est resté profitable au cours de l'une des années les plus difficiles de notre profession", a fait valoir le PDG.

Sur l'ensemble de l'exercice, Goldman Sachs est bénéficiaire de 2,32 milliards de dollars, soit 80% de moins que les 11,59 milliards dégagés un an plus tôt.

Elément positif souligné par le groupe, son ratio de fonds propres "dur", mesure de la solidité financière d'une banque, a grimpé à un niveau très élevé, à 15,6%. Le groupe a bénéficié de l'injection de 20,75 milliards de dollars de la part du milliardaire Warren Buffet et de l'Etat fédéral à travers son plan d'aide au secteur financier (TARP). Goldman Sachs a renoncé mi-septembre à son statut de banque d'affaires pour adopter celui de holding bancaire, afin de pouvoir bénéficier de cette aide fédérale.

Dans la foulée des résultats, l'agence de notation Moody's a dégradé d'un cran la note de la banque, à "A1", et prévenu que d'autres baisses étaient envisageables, en s'inquiétant de la "vulnérabilité accrue" du groupe.
 

Première publication : 16/12/2008

COMMENTAIRE(S)