Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar, nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration: tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

Le "Front révolutionnaire afghan" revendique le dépôt des explosifs

Dernière modification : 17/12/2008

Dans une lettre, rédigée en français, envoyée au siège de l'Agence France Presse, un groupe jusqu'alors inconnu se faisant appeler "Front révolutionnaire afghan" affirme avoir placé les bâtons de dynamite dans le grand magasin parisien.

Reuters - Un mystérieux groupe se faisant appeler Front révolutionnaire afghan a revendiqué mardiavoir placé des explosifs dans un grand magasin parisien dans une lettre envoyée à une agence de presse.

 

Le groupe inconnu jusqu'alors réclame le retrait des troupes françaises en Afganistan dans un communiqué de neuf lignes que le Monde a publié sur son site internet.

 

Le texte contient plusieurs fautes d'orthographe et est rédigé dans une syntaxe aléatoire. Il se conclut par les initiales "F.R.A" et l'injonction "Vive l'Afghanistan libre".

 
Texte intégral non corrigé :

 

"Nous sommes du Front révolutionnaire afghan nous avons placé plusieurs bombes dans le magasin Printemps hommes Haussmann, une d'elle se situe au troisième étage dans les toilettes derrière la chasse d'eau", peut-on lire dans le texte tapé à la machine.

 

"Démonter la chasse d'eau, vous la trouverez (dans lepremier toilette en rentrant), si vous faites pas intervenir quelqu'un avant le mercredi 17 décembre elles exploseront", poursuit la revendication.

 
"Faites parvenir ce message a votre président de la république qu'il retire ces troupes de notre pays (l'afghanistan) avant février 2009 sinon nous repasserons à l'action dans vos grands magasins capitaliste et cette fois ci sans vous avertir, deux autres bombes sont placées dans les toilettes chez femme au deuxième étage.

 
"Je vous assure que ce n'est pas un canular donc prevenez très vite les autorités compétentes ou vous aurez du sang sur les mains", prévient le rédacteur.

Première publication : 16/12/2008

COMMENTAIRE(S)