Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Le ministre Xavier Darcos diffère sa réforme du lycée

Dernière modification : 16/12/2008

Face à la grogne des lycéens, le ministre de l'Éducation nationale a décidé de reporter d'un an la réforme de la classe de seconde qu'il devait présenter ce mardi. Le gouvernement de Nicolas Sarkozy n'avait pas reculé de la sorte depuis 2007.

AFP - La réforme du lycée se fera parce qu'elle est nécessaire mais le gouvernement préfère prendre son temps face aux risques d'incidents en marge de la contestation lycéenne, a assuré mardi le ministre de l'Education, Xavier Darcos.


"Je préfère qu'on me trouve trop prudent qu'inconséquent", a-t-il déclaré sur Europe 1. "Ce n'est pas seulement un mouvement lycéen (...) Les casseurs qui courent dans les quartiers n'ont qu'une assez vague idée de la réforme de la
seconde".


Le ministre avait annoncé lundi que cette réforme, initialement prévue pour la rentrée 2009, était reportée d'un
an.


"Il ne s'agit pas de renoncer mais il s'agit de constater que le climat social a beaucoup changé, que la jeunesse est très
inquiète face à la crise et que la crise a changé beaucoup de choses y compris le climat social", a-t-il souligné.


"Pour parler le langage populaire, il s'agit de reculer pour mieux sauter. Si nous avions été uniquement à l'affrontement et
uniquement sur la classe de seconde (...) nous enterrions la réforme (...) C'est pour sauver la réforme que nous avons pris du temps", a dit le ministre.


"Si, dans les prochaines semaines, nous avions eu des débordements plus graves, s'il y avait eu un incident grave on
aurait dit: le gouvernement a été inconsidéré", a estimé Xavier Darcos.


Sur sa méthode, que les syndicats d'enseignants contestent, "est-ce qu'il y a vraiment des choses à corriger ?", s'est-il
interrogé. "Je dis les choses comme elles sont, j'ai passé l'âge de me cacher derrière mon petit doigt. Je crois à la réforme, je la crois nécessaire".


"Je garde confiance et détermination dans la nécessité de réforme, dans notre capacité à réformer, dans la volonté du
président de la République et du Premier ministre de soutenir l'action que je conduis", a-t-il estimé.

Première publication : 16/12/2008

COMMENTAIRE(S)