Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Le ministre Xavier Darcos diffère sa réforme du lycée

Dernière modification : 16/12/2008

Face à la grogne des lycéens, le ministre de l'Éducation nationale a décidé de reporter d'un an la réforme de la classe de seconde qu'il devait présenter ce mardi. Le gouvernement de Nicolas Sarkozy n'avait pas reculé de la sorte depuis 2007.

AFP - La réforme du lycée se fera parce qu'elle est nécessaire mais le gouvernement préfère prendre son temps face aux risques d'incidents en marge de la contestation lycéenne, a assuré mardi le ministre de l'Education, Xavier Darcos.


"Je préfère qu'on me trouve trop prudent qu'inconséquent", a-t-il déclaré sur Europe 1. "Ce n'est pas seulement un mouvement lycéen (...) Les casseurs qui courent dans les quartiers n'ont qu'une assez vague idée de la réforme de la
seconde".


Le ministre avait annoncé lundi que cette réforme, initialement prévue pour la rentrée 2009, était reportée d'un
an.


"Il ne s'agit pas de renoncer mais il s'agit de constater que le climat social a beaucoup changé, que la jeunesse est très
inquiète face à la crise et que la crise a changé beaucoup de choses y compris le climat social", a-t-il souligné.


"Pour parler le langage populaire, il s'agit de reculer pour mieux sauter. Si nous avions été uniquement à l'affrontement et
uniquement sur la classe de seconde (...) nous enterrions la réforme (...) C'est pour sauver la réforme que nous avons pris du temps", a dit le ministre.


"Si, dans les prochaines semaines, nous avions eu des débordements plus graves, s'il y avait eu un incident grave on
aurait dit: le gouvernement a été inconsidéré", a estimé Xavier Darcos.


Sur sa méthode, que les syndicats d'enseignants contestent, "est-ce qu'il y a vraiment des choses à corriger ?", s'est-il
interrogé. "Je dis les choses comme elles sont, j'ai passé l'âge de me cacher derrière mon petit doigt. Je crois à la réforme, je la crois nécessaire".


"Je garde confiance et détermination dans la nécessité de réforme, dans notre capacité à réformer, dans la volonté du
président de la République et du Premier ministre de soutenir l'action que je conduis", a-t-il estimé.

Première publication : 16/12/2008

COMMENTAIRE(S)