Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

L'Illinois amorce la procédure de destitution de Rod Blagojevich

Vidéo par Clément MASSE

Dernière modification : 20/12/2008

Le Parlement de l'État de l'Illinois s'est prononcé en faveur de l'ouverture d'une enquête dans le cadre des accusations de corruption qui pèsent contre le gouverneur Rod Blagojevich, et qui pourrait mener à sa destitution.

AFP - Le parlement de l'Illinois (nord des Etats-Unis) a commencé lundi l'examen des accusations de corruption portées contre le gouverneur de l'Etat, soupçonné d'avoir voulu vendre le siège de sénateur de Barack Obama, afin de décider d'une éventuelle procédure de destitution.

Le président de la chambre des représentants de l'Etat, Michael Madigan, a promis d'aller "aussi vite que possible" pour examiner les accusations visant Rod Blagojevich, qui a été inculpé pour corruption.

Les parlementaires de l'Illinois devaient aussi se réunir en session extraordinaire à 22H00 locales (04H00 GMT mardi) pour discuter de l'organisation éventuelle d'une élection au siège de sénateur de l'Illinois laissé vacant par le président élu Barack Obama, afin que son successeur ne soit pas désigné par M. Blagojevich.

La procédure de destitution peut en effet prendre des semaines, sinon des mois.

M. Obama a fait part de son soutien à l'organisation exceptionnelle d'une élection, mais son organisation pourrait prendre des mois et certains démocrates de l'Etat craignent que le siège ne passe aux républicains.

La ministre de la Justice de l'Illinois, Lisa Madigan, a parallèlement demandé vendredi à la Cour suprême de l'Etat de démettre M. Blagojevich, qui a refusé de démissionner.

M. Obama a indiqué qu'il tiendrait la liste des contacts que les membres de son équipe ont eus avec M. Blagojevich à la disposition de la justice.

Cette liste "confirme les déclarations publiques de M. Obama selon lesquelles il n'a eu aucun contact avec le gouverneur ou son entourage et son équipe n'a pas été impliquée dans des discussions déplacées avec le gouverneur ou ses collaborateurs concernant la désignation d'un successeur à son poste de sénateur", a déclaré dans un communiqué le directeur de la communication de M. Obama, Dan Pfeiffer.

Arrêté en début de semaine dernière avant d'être libéré sous caution, le gouverneur de l'Illinois a été confondu par des écoutes, autorisées par la justice, de discussions portant sur les bénéfices qu'il entendait tirer du fait que c'est le gouverneur qui nomme un sénateur américain quand un siège est vacant.

Le futur secrétaire général de la Maison Blanche, Rahm Emanuel, représentant de l'Illinois, aurait été en contact avec le gouverneur à propos du siège laissé vacant par M. Obama.

Le Chicago Tribune et le New York Times citaient ce week-end des sources affirmant que le futur secrétaire général de la Maison Blanche avait donné au gouverneur des noms de personnes pouvant y prétendre, mais sans lui offrir de contrepartie.

M. Emanuel s'est tenu à l'écart de la presse depuis que ce scandale a éclaté, mais a fait part de sa colère à un cameraman de la chaîne de télévision ABC. Ce dernier a rapporté que M. Emanuel s'était plaint auprès de lui de recevoir des menaces de mort après que la presse nationale eut divulgué son adresse.

Les accusations de corruption pesant sur M. Blagojevich sont multiples. Il aurait entre autres refusé de débloquer des fonds destinés à un hôpital pour enfants tant qu'il ne recevrait pas en échange 50.000 dollars en fonds de campagne.

L'exécutif de l'Etat "étudie les bases juridiques d'une procédure de destitution depuis environ un an", mais n'a pas jugé "opportun" de la lancer avant de recevoir les 76 pages de l'acte d'accusation jeudi, a expliqué Michael Madigan.

"Nous avons donné au gouverneur six jours pour démissionner", a déclaré M. Madigan au cours d'une conférence de presse. "Il a refusé de saisir l'occasion de présenter sa démission. Je pense qu'il est temps de nommer une commission d'enquête qui pourrait se conclure par sa destitution".

M. Madigan a cependant insisté sur la nécessité de "ne pas se précipiter pour juger" et de s'assurer que les droits du gouverneur sont respectés, dans ce qui s'apparente à un procès devant les membres du sénat de l'Etat.

Première publication : 16/12/2008

COMMENTAIRE(S)