Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le football américain défie Donald Trump genou à terre

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ?

En savoir plus

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

Sarkozy confie aux eurodéputés que l'Europe l'a "changé"

Vidéo par Carlotta RANIERI

Dernière modification : 16/12/2008

Pour son dernier discours prononcé devant les eurodéputés en tant que président de l'Union européenne, le chef de l'État français a avoué qu'il avait essayé de "bouger l'Europe", mais que c'était elle qui l'avait "changé".

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy a confié mardi qu'il avait essayé de "bouger l'Europe" mais que l'Europe l'avait "changé", pour son dernier discours en tant que président de l'UE devant le Parlement européen à Strasbourg.

"J'ai essayé de bouger l'Europe, mais l'Europe m'a changé", a déclaré M. Sarkozy sous les applaudissements des députés européens.

"Je crois vraiment que chaque chef d'Etat et de gouvernement gagnerait à exercer de temps à autre cette responsabilité (...) il comprendrait qu'au delà de ce qui nous différencie, il y a tellement de choses qui nous rapprochent", a-t-il poursuivi.

"Lorsqu'on a la chance pendant six mois de connaître et d'avoir à trancher des problèmes de 27 pays, on gagne en tolérance, on gagne en ouverture d'esprit et on comprend que l'Europe, c'est sûrement la plus belle idée qui ait été inventée au XXe siècle et que l'Europe, on en a plus que jamais besoin", a ajouté le chef de l'Etat français.

Pour sa troisième intervention devant le Parlement de Strasbourg, Nicolas Sarkozy a également rendu un hommage appuyé aux eurodéputés.

"Le Parlement a été un élément décisif pour obtenir des résultats, je voudrais même dire que ça a été plus facile de discuter, travailler, négocier, avec le Parlement européen qu'avec - je ne rentre pas dans les détails - tel ou tel autre interlocuteur, sans préciser", a-t-il déclaré sous les rires.

"A la fin d'une présidence, on précise ses compliments, on n'adresse pas ses regrets", a-t-il conclu avant d'assurer de sa "confiance" la République tchèque, qui succédera à la France à la tête de l'UE le 1er janvier.

Première publication : 16/12/2008

COMMENTAIRE(S)