Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Sarkozy confie aux eurodéputés que l'Europe l'a "changé"

Vidéo par Carlotta RANIERI

Dernière modification : 16/12/2008

Pour son dernier discours prononcé devant les eurodéputés en tant que président de l'Union européenne, le chef de l'État français a avoué qu'il avait essayé de "bouger l'Europe", mais que c'était elle qui l'avait "changé".

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy a confié mardi qu'il avait essayé de "bouger l'Europe" mais que l'Europe l'avait "changé", pour son dernier discours en tant que président de l'UE devant le Parlement européen à Strasbourg.

"J'ai essayé de bouger l'Europe, mais l'Europe m'a changé", a déclaré M. Sarkozy sous les applaudissements des députés européens.

"Je crois vraiment que chaque chef d'Etat et de gouvernement gagnerait à exercer de temps à autre cette responsabilité (...) il comprendrait qu'au delà de ce qui nous différencie, il y a tellement de choses qui nous rapprochent", a-t-il poursuivi.

"Lorsqu'on a la chance pendant six mois de connaître et d'avoir à trancher des problèmes de 27 pays, on gagne en tolérance, on gagne en ouverture d'esprit et on comprend que l'Europe, c'est sûrement la plus belle idée qui ait été inventée au XXe siècle et que l'Europe, on en a plus que jamais besoin", a ajouté le chef de l'Etat français.

Pour sa troisième intervention devant le Parlement de Strasbourg, Nicolas Sarkozy a également rendu un hommage appuyé aux eurodéputés.

"Le Parlement a été un élément décisif pour obtenir des résultats, je voudrais même dire que ça a été plus facile de discuter, travailler, négocier, avec le Parlement européen qu'avec - je ne rentre pas dans les détails - tel ou tel autre interlocuteur, sans préciser", a-t-il déclaré sous les rires.

"A la fin d'une présidence, on précise ses compliments, on n'adresse pas ses regrets", a-t-il conclu avant d'assurer de sa "confiance" la République tchèque, qui succédera à la France à la tête de l'UE le 1er janvier.

Première publication : 16/12/2008

COMMENTAIRE(S)