Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le PDCI, allié de Ouattara, rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Humberto de la Calle : "Changer l'accord de paix avec les Farc serait une erreur historique monumentale"

En savoir plus

Economie

Le régulateur boursier américain ouvre une enquête

Dernière modification : 18/12/2008

La Securities & Exchange Commission, l'organisme de régulation et de contrôle boursier américain, a annoncé qu'elle entendait déterminer les raisons pour lesquelles l'escroquerie élaborée par Bernard Madoff n'a pu être détectée plus tôt.

AFP - Le régulateur boursier américain, la SEC, a annoncé mardi le lancement d'une enquête interne pour déterminer pourquoi la gigantesque escroquerie de l'investisseur new-yorkais Bernard Madoff n'a pas été détectée plus tôt malgré des alertes "répétées" depuis "au moins 1999".

"La commission a appris que des allégations crédibles et précises portant sur les méfaits de M. Madoff ont été portées à l'attention du personnel de la SEC de manière répétée depuis au moins 1999, mais n'ont jamais été signalées à la Commission pour qu'elle agisse", a expliqué le président de la SEC, Christopher Cox, cité dans un communiqué.

Il a jugé ces éléments "profondément troublants".

"J'ai ordonné une étude complète et immédiate des allégations concernant M. Madoff et sa société et des raisons pour lesquelles elles n'avaient pas été jugées crédibles", a-t-il ajouté.

Le gendarme boursier américain se retrouve sous le feu des critiques depuis l'arrestation de Bernard Madoff, accusé d'une escroquerie portant, selon lui, sur 50 milliards de dollars.

Première publication : 17/12/2008