Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : le procès de Germain Katanga reprend à Kinshasa

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Moïse Katumbi sollicite la protection de l'ONU

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Scrutin local au Royaume-Uni : Londres, l'exception travailliste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Course à la Maison Blanche : l'imbattable Donald Trump ?

En savoir plus

TECH 24

Revenu universel : le nouveau cheval de bataille de la Silicon Valley

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Les confidences d’un artisan pipier de Paris

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Richard Berry

En savoir plus

FOCUS

Philippines : l'incroyable retour du clan Marcos, symbole des années noires de la dictature

En savoir plus

#ActuElles

Les femmes dans l’entreprise : Isabelle Kocher, première directrice générale du CAC40

En savoir plus

Economie

Le régulateur boursier américain ouvre une enquête

Dernière modification : 18/12/2008

La Securities & Exchange Commission, l'organisme de régulation et de contrôle boursier américain, a annoncé qu'elle entendait déterminer les raisons pour lesquelles l'escroquerie élaborée par Bernard Madoff n'a pu être détectée plus tôt.

AFP - Le régulateur boursier américain, la SEC, a annoncé mardi le lancement d'une enquête interne pour déterminer pourquoi la gigantesque escroquerie de l'investisseur new-yorkais Bernard Madoff n'a pas été détectée plus tôt malgré des alertes "répétées" depuis "au moins 1999".

"La commission a appris que des allégations crédibles et précises portant sur les méfaits de M. Madoff ont été portées à l'attention du personnel de la SEC de manière répétée depuis au moins 1999, mais n'ont jamais été signalées à la Commission pour qu'elle agisse", a expliqué le président de la SEC, Christopher Cox, cité dans un communiqué.

Il a jugé ces éléments "profondément troublants".

"J'ai ordonné une étude complète et immédiate des allégations concernant M. Madoff et sa société et des raisons pour lesquelles elles n'avaient pas été jugées crédibles", a-t-il ajouté.

Le gendarme boursier américain se retrouve sous le feu des critiques depuis l'arrestation de Bernard Madoff, accusé d'une escroquerie portant, selon lui, sur 50 milliards de dollars.

Première publication : 17/12/2008

COMMENTAIRE(S)