Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Economie

"Où sont passés ces 50 milliards de dollars ?"

Vidéo par Julien PEYRON , Thibault LIEURADE

Texte par Julien PEYRON , Thibault LIEURADE

Dernière modification : 18/12/2008

Comment le courtier Bernard Madoff a pu profiter du système qui lui a permis d'escroquer 50 milliards de dollars ? Éléments de réponse avec Florin Aftalion, professeur émerite à l'Essec.

FRANCE 24 : Qu’est ce qu’un "hedge fund" ?


Florin Aftalion : Ce sont des fonds de placement assez peu réglementés. Ils le sont très peu ou pas du tout s’ils se trouvent offshore, beaucoup plus s’ils sont dans certains pays d’Europe ou aux Etats-Unis.

Le but de ces "hedge funds", ou leur mission, c’est de permettre à des investisseurs très riches - l’entrée minimum étant en général de l’ordre de plusieurs millions de dollars, donc des gens qui, en général, sont responsables et ne vont pas demander l’aumône s'ils perdent - d’investir librement même de façon très risquée.

 

 

FRANCE 24 : Qui sont les personnes qui, aujourd’hui, perdent de l’argent avec ces "hedge funds" ?


F. A. : Je crois que tout le monde a à peu près perdu de l’argent, parce que tous les marchés se sont écroulés ces derniers mois.

Dans les affaires qui agitent le monde aujourd’hui, ce sont des gens très fortunés qui ont placé leur argent trop naïvement dans ces "hedge funds".

Le problème des "hedges funds" en général c’est qu’ils sont très peu transparents, on ne sait pas de l’extérieur exactement comment ils sont gérés. Alors on fait des promesses, qui sont parfois tenues, parce que les investisseurs prennent de gros risques.

Quand le pari est bon, tout le monde gagne mais, à l’inverse, quand le pari est mauvais, ou quand il y a fraude, les investisseurs perdent. Dans ce cas précis, ce sont des gens très riches qui ont perdu.

 

 

FRANCE 24 : Concernant l’affaire Madoff, comment un seul homme, si puissant soit-il, a-t-il pu faire perdre autant d’argent à autant de banques à travers le monde ?


F. A. : C’est un mystère dont on va parler pendant très longtemps. D’après ce qu’on raconte, il a fondé toute son affaire, son escroquerie, sur la confiance. C’est un homme qui avait gagné la confiance de beaucoup de milieux. On parle de gens riches de Floride, mais il y a également beaucoup d’investisseurs qui venaient d’Europe et qui en passant par des intermédiaires, par certaines banques, ont investi dans ses fonds.

 

Comment il a fait, on ne le sait pas encore. Il avait différents véhicules, différents fonds, on ne les connaît pas tous. Certains étaient certainement des fonds offshore, d’autres sont des fonds qui en principe sont réglementés par la SEC (Security Exchange Commission), qui est un organisme de surveillance.

Je ne sais pas comment il a fait, à part en gagnant la confiance de gens très riches, en étant de leur milieu et en réussissant à leur faire croire qu’il était un faiseur de miracle, ce qu’apparemment on a voulu trop facilement croire.

 

 

FRANCE 24 : Cette affaire va aggraver la crise de confiance. Or cette confiance tous les marchés reposent dessus ?


F. A. : Certainement, oui c’est très grave de ce point de vue là. Les marchés et le capitalisme reposent sur la confiance. Alors qu’il y ait de temps en temps une personne qui en profite pour voler, ça s’est toujours produit, mais là, la quantité volée dépasse tout ce qu’on pouvait penser. Evidemment, certains sont effrayés.

 

 

FRANCE 24 : Avec leur plan de relance, les Etats qui sont largement endettés empruntent de l’argent qu’ils n’ont pas pour le prêter aux banques. N’est-ce pas un peu le principe du système Madoff ?

F. A. : Non ce n’est pas du tout le principe du système Madoff. Ce système, qu’il n’a pas inventé, consiste à permettre à des investisseurs de placer leur argent à des taux qui dépassent les taux habituels, en se servant de ce qu’apportent les nouveaux arrivants pour payer les intérêts et les dividendes des anciens. Petit à petit, les gens se rendent compte que les promesses sont tenues, que le fonds verse 10 % ou 15 % bon an mal an, jusqu’à ce que les responsables de l’escroquerie finissent par disparaître.

Dans le cas Madoff, on ne voit pas comment il profitait de cette affaire. Au bout de 20 ans, il n’était toujours pas sorti, donc il ne comptait pas partir avec l’argent. C’était tellement gros qu’il n’aurait pas pu le faire.

 

 

FRANCE 24 : Où sont ces 50 milliards de dollars aujourd’hui ?


F. A. : Ça, c’est un autre mystère. Où sont ces 50 milliards ? Ou bien ils sont cachés je ne sais où, ou bien ils ont été perdus simplement sur les marchés. J’espère qu’on le saura bientôt.

 

Première publication : 17/12/2008

COMMENTAIRE(S)