Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Economie

Bernard Madoff en résidence surveillée

Vidéo par FRANCE 2

Dernière modification : 18/12/2008

La justice américaine a assigné Bernard Madoff à résidence. L'ancien pilier de Wall Street, accusé d'une fraude de 50 milliards de dollars, devra porter un bracelet électronique à la cheville et ne pas quitter son domicile new-yorkais.

REUTERS - La justice américaine a placé mercredi en résidence surveillée le financier Bernard Madoff, figure de Wall Street accusée d'une fraude de 50 milliards de dollars.


Un juge fédéral a ordonné que l'ancien pilier de la Bourse de New York soit assigné à domicile à Manhattan. Son épouse doit quant à elle remettre son passeport aux autorités avant jeudi midi.Madoff portera un bracelet électronique à la cheville et ne devra pas quitter son appartement new-yorkais, sauf pour des entrevues organisées en concertation avec les autorités.


Ce durcissement des conditions de liberté sous caution imposées à l'ex-président du Nasdaq fait suite au "mea culpa"
embarrassé qu'a présenté mardi Christopher Cox, président de la commission américaine des opérations de bourse (SEC), au sujet des fautes de supervision de ses services dans l'affaire Madoff.


La Chambre des représentants américaine se penchera en janvier sur les manquements imputables aux superviseurs de la SEC, a fait savoir mercredi le parlementaire républicain Paul Kanjorski, président de la sous-commission des services financiers de la Chambre pour les marchés des capitaux.


Bernard Madoff, 70 ans, avait été arrêté la semaine dernière et inculpé de fraude boursière. Il est soupçonné d'avoir
organisé un montage pyramidal dans lequel les investisseurs arrivés les premiers sont rémunérés avec l'argent versé par les suivants.


Malgré les amis nombreux et souvent célèbres qu'il comptait parmi ses investisseurs, il n'a pu obtenir le soutien de quatre
cosignataires pour garantir sa caution de 10 millions de dollars. Seules deux personnes, son épouse Ruth et son frère
Peter, qui travaillait aussi pour sa société, l'avaient signée mercredi matin.


En remplacement des deux autres signatures, Madoff et le gouvernement ont convenu que son épouse remettrait son passeport et placerait en garantie des biens immobiliers dont elle est propriétaire à Montauk (New York) et à Palm Beach (Floride).Il ne sera pas demandé à Madoff de comparaître en audience de mise en liberté sous caution à moins que les documents réclamés dans le cadre des nouvelles mesures adoptées ne soient pas remis d'ici lundi, date limite fixée par le juge.


Par ailleurs, le secrétaire à la Justice Michael Mukasey a décidé de ne pas participer à l'enquête sur cette fraude considérée comme l'une des plus graves de l'histoire de Wall Street. Le département de la Justice a refusé de donner une
explication à ce sujet.

Première publication : 18/12/2008

COMMENTAIRE(S)