Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Cannabis : un marché florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique : Julie Zenatti de retour avec "Blanc"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Naufrages en Méditerranée : l'UE réagit au drame des migrants

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Louis Michel : "Certains pays européens refusent de prendre leur part de réfugiés"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Naufrages en Méditerranée : la politique migratoire à 28 attendra

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "Le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

Amériques

Le Parlement débat de la réélection illimitée à la présidence

Dernière modification : 19/12/2008

Alors que des milliers de manifestants ont demandé la suppression de la limitation du nombre de mandats présidentiels, les députés vénézueliens ont approuvé en première lecture un projet d'amendement de la Constitution en ce sens.

AFP - Le parlement vénézuélien a approuvé jeudi soir en première lecture un projet d'amendement de la Constitution, prévoyant de supprimer la limitation du nombre de mandats présidentiels.
   
Le 5 janvier, les parlementaires devront à nouveau se prononcer, en 2e lecture, sur ce texte.
   
A l'issue des deux lectures, l'Assemblée nationale, contrôlée par les partisans du président Hugo Chavez, présentera la proposition au Conseil national électoral qui convoquera un référendum.
   
"Majorité évidente: l'amendement est approuvé", a déclaré la présidente de l'Assemblée nationale, Cilia Flores, au terme du débat parlementaire qui était retransmis en direct sur des écrans de télévision géants installés dans la rue.
   
Cette annonce a été immédiatement saluée par des feux d'artifice tirés tout autour du bâtiment où avaient convergé dans la journée des milliers de sympathisants du président vénézuélien.
   
Les manifestants, vêtus des couleurs du parti socialiste de M. Chavez (PSUV), y avaient déposé les signatures recueillies en soutien au projet d'amendement de la Constitution. Selon le maire de Caracas Jorge Rodriguez, directeur de la campagne pour cette réforme constitutionnelle, quelque 4,7 millions de signatures ont déjà été recueillies pour soutenir symboliquement l'amendement voulu par M. Chavez.
   
 La législation actuelle interdit au chef de l'Etat de briguer un troisième mandat et par conséquent Hugo Chavez, réélu en 2006, devra céder le pouvoir en 2012 si la Constitution n'est pas modifiée.
   
Seul l'article 230 de la Constitution est concerné, selon Mme Flores, et stipulera que "le mandat présidentiel est de six ans" et que "le président ou la présidente peut être réélu ou réélue".
   
"Je suis persuadé que, indépendamment de ce que disent mes adversaires, je dois rester quelques années de plus à la tête du gouvernement du Venezuela", notamment pour poursuivre la "révolution bolivarienne", a récemment expliqué le président vénézuélien.
   
M. Chavez avait proposé que le projet d'amendement soit présenté par l'Assemblée nationale pour accélérer le processus afin qu'un référendum puisse se tenir entre février et mars 2009.
   
La présentation du projet d'amendement au parlement avait été saluée la semaine dernière par les députés qui ont chanté debout et en choeur "Ouh! Ah! Chavez ne s'en va pas!".
   
Une réforme de la Constitution peut être proposée par 30% des élus de l'Assemblée nationale, ou, selon le cas, par 15% des électeurs inscrits, ou sur proposition du président en Conseil des ministres.
   
L'Assemblée nationale avait annoncé qu'elle ne ferait pas de pause en décembre et qu'elle encouragerait à porter les débats dans la rue.
   
De son côté, l'opposition s'est mobilisée et a resserré ses rangs sous une direction conjointe pour faire campagne contre l'amendement, alertant du risque de voir une même personne se maintenir au pouvoir, sans limitation.
   
Hugo Chavez, 54 ans, élu il y a dix ans, s'est déclaré "prêt" à gouverner "jusqu'en 2021", année symbolique qui marquera le bicentenaire de la dernière grande bataille pour l'indépendance du Venezuela.
   
En 2007, les électeurs avaient rejeté par référendum un projet de nouvelle Constitution voulue par le président Chavez, et dont le texte abolissait déjà la limitation du nombre de mandats présidentiels.
   
Le mouvement estudiantin, très actif contre le projet de réforme constitutionnelle, a annoncé de nouvelles actions.

Première publication : 19/12/2008

COMMENTAIRE(S)