Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Sévère plan de réorganisation chez Natixis

Vidéo par FRANCE 3

Dernière modification : 19/12/2008

La banque d'investissement Natixis a annoncé la suppression de 840 postes et le cantonnement de 19 milliards d'euros d'actifs risqués dans le cadre d'un plan de réorganisation de sa banque de financement et d'investissement (BFI).

REUTERS - Natixis <CNAT.PA> a annoncé vendredi un cantonnement de 19 milliards d'euros d'actifs risqués et la suppression de 840 postes d'ici fin 2009 dans le cadre d'une réorganisation plus poussée de sa banque de financement et d'investissement (BFI) touchée par la crise.

La banque, détenue à 71% par les Banques populaires et les Caisses d'épargne, va dans le même temps arrêter un certain nombre d'activités complexes, principalement dans les produits dérivés, tout en démentant la fermeture de l'ensemble de ses activités de marché.

Natixis a précisé que les effectifs de sa BFI passeront à 4.860 salariés d'ici fin 2009 contre 5.700 salariés en mars 2008.

"La convergence vers la BFI transformée se traduira par une réduction de 40% des effectifs dans les activités de marché les plus complexes, soit une réduction de 15% des effectifs de la BFI" indique Natixis dans un communiqué.

Ce plan de réorganisation se traduira également par une réduction de 10% des frais fixes directs de la BFI de Natixis.

La banque va dans le même temps arrêter les activités de marché les plus complexes en Asie et aux Etats-Unis et fermer ses "implantations marginales" notamment en Europe du Sud.

Ces activités de marché concernent les dérivés complexes d'actions, les dérivés complexes de taux et les dérivés de fonds.

Les dérivés simples seront conservés, mais rapprochés des activités de courtage et d'intermédiation.

Ses projets de développement en Inde et en Corée sont abandonnés.

"Les activités de marché que Natixis souhaite abandonner auraient représenté environ 400 millions d'euros de contribution aux revenus de la BFI de Natixis en 2009", a précisé Dominique Ferrero, le directeur général de la banque, dans un entretien à Reuters.

Une équipe de 40 personnes pour les actifs cantonnés

Natixis précise également que les 19 milliards d'euros d'actifs cantonnés, qui concernent des activités d'investissement pour compte propre dans le crédit et les structurés de crédit, seront gérés en extinction par une équipe d'environ quarante personnes.

S'agissant des projets de cession d'actifs, Dominique Ferrero a indiqué que les négociations pour la cession des 50% détenus dans Caceis, la filiale de conservation de titres détenue avec le Crédit agricole <CAGR.PA>, se poursuivaient.

"En dehors de Caceis, aucun autre projet de cession d'actifs n'est envisagé pour l'instant", a-t-il précisé.

Le 8 octobre dernier, le directeur général de la banque avait déjà fait savoir qu'il avait renoncé à vendre Natixis Assurances à la CNP, faute d'accord sur le prix.

La banque a par ailleurs démenti vendredi les "allégations sans fondement" concernant la fermeture de l'ensemble des activités de marché, le changement de direction, voire le démantèlement de Natixis.

Ce nouveau plan de réorganisation de la BFI de Natixis, validé hier par le conseil de surveillance de la banque, vient compléter celui annoncé fin août lors de l'augmentation de capital de 3,7 milliards d'euros.

Vers 9h30, le titre Natixis abandonnait 1,18% à 1,25 euro à la Bourse de Paris. Au même moment, l'indice sectoriel DJ Stoxx <.SX7P> des banques européennes reculait de 0,95%.

A ce cours de 1,25 euro, le titre perd 85% de sa valeur depuis le début de l'année.

Première publication : 19/12/2008

COMMENTAIRE(S)