Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Washington refuse la proposition d'échange de prisonniers

Dernière modification : 19/12/2008

Les États-Unis ont refusé la proposition de Raul Castro d'échanger cinq Cubains détenus sur le sol américain pour espionnage contre des dissidents cubains, jugeant les deux cas "indépendants."

AFP - Les Etats-Unis ont refusé jeudi d'échanger cinq Cubains détenus sur le territoire américain pour espionnage contre des dissidents cubains, comme l'avait proposé plus tôt le président cubain Raul Castro.
  
"La question des prisonniers politiques détenus contre leur volonté pour avoir simplement protesté de façon pacifique, est indépendante du cas des cinq espions jugés et condamnés en bonne et due forme par le système judiciaire américain", a déclaré à l'AFP Robert Wood, un porte-parole du département d'Etat.
  
"Cela fait longtemps que nous appelons le gouvernement cubain à libérer les prisonniers politiques et nous lui recommandons de le faire immédiatement", a ajouté M. Wood.
  
Le porte-parole s'est refusé à toute autre commentaire mais ses propos ne ferment pas la porte à une éventuelle libération anticipée des cinq Cubains par l'administration du président-élu Barack Obama, qui doit prendre ses fonctions le 20 janvier.
  
Au cours d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, jeudi à Brasilia, Raul Castro a proposé la libération de dissidents à Cuba en échange de celle de cinq cubains détenus aux Etats-Unis sous l'accusation d'espionnage, et s'est dit à nouveau prêt à rencontrer le président élu Barack Obama "sur un pied d'égalité".
  
"Nous allons faire un geste. Ces prisonniers (...) ils veulent les libérer? Qu'ils nous le disent, on les envoie là-bas avec leur famille. Qu'ils nous rendent nos cinq héros. Cela doit être un geste des deux côtés", a dit le dirigeant cubain.
  
"Nous sommes prêts à parler avec (Barack) Obama, où qu'il soit et quand il le décidera. Mais sur un pied d'égalité absolue. Sans la moindre ombre à notre souveraineté et sans qu'on ne nous demande de faire un geste", a déclaré Raul Castro.
  
"L'époque des gestes unilatéraux (de la part de Cuba pour obtenir la levée de l'embargo américain) est terminée", a-t-il ajouté.
  
Il n'a pas précisé le nombre des dissidents concernés par cet éventuel échange avec les cinq Cubains condamnés à de lourdes peines en 2001 aux Etats-Unis pour espionnage et considérés comme des héros sur l'île communiste.
  
Ces cinq Cubains - Gerardo Hernandez, Antonio Guerrero, Ramon Labanino, René Gonzalez et Fernando Gonzalez - avaient été arrêtés en 1998 et condamnés en 2001 par un tribunal de Miami (Floride).
  
En 2005, un tribunal d'Atlanta avait décidé de rejuger ces cinq personnes, en estimant qu'ils n'avaient pas eu droit à un procès "juste et impartial".
  
Cuba avait admis à l'époque qu'ils étaient des agents cubains, affirmant qu'ils ne se livraient pas à des activités d'espionnage contre les Etats-Unis, mais contre les groupes anticastristes que La Havane qualifiait de "terroristes".

Première publication : 19/12/2008

COMMENTAIRE(S)