Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Amériques Amériques

Betancourt se consacre à la rédaction de ses mémoires

Dernière modification : 20/12/2008

L'ex-otage franco-colombienne des FARC a déclaré, à l'issue d'une tournée effectuée en Amérique latine, qu'elle allait quitter la vie publique durant un an afin de prendre le recul nécessaire à la rédaction de ses mémoires.

AFP - L'ex-otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, retenue six ans prisonnière par la rébellion marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) a annoncé vendredi à Mexico qu'elle allait quitter la vie publique durant un an pour écrire ses mémoires.

"Vous n'allez plus me voir pendant un moment, parce que j'ai besoin d'être seule pour écrire et essayer de faire une chose nécessaire, à savoir rendre compte de ce que j'ai vécu", a déclaré Mme Betancourt à des journalistes à la résidence de l'ambassadeur de France au Mexique, Daniel Parfait.

L'ex-parlementaire colombienne et ancienne candidate à la présidence de la République, libérée de ses geôliers par l'armée colombienne en juillet, s'exprimait à l'issue d'une tournée en Amérique latine, durant laquelle elle a appelé à une coopération régionale en faveur de la libération des otages.

Mme Betancourt, 46 ans, a expliqué qu'elle n'apparaîtrait désormais plus en public que pour soutenir les otages encore détenus dans la jungle colombienne ou dans le reste du monde, citant le soldat israélien Gilad - enlevé en 2006 par des groupes armés palestiniens - et l'opposante birmane Aung San Suu Kyi - assignée à résidence par la junte birmane depuis de nombreuses années.

Elle a répété n'avoir pas l'intention de briguer à nouveau un mandat électif en Colombie. La politique en Colombie "ne me paraît pas attirante et est parfois franchement dégoûtante", a-t-elle expliqué, assurant n'être "pas motivée par des ambitions personnelles.

Première publication : 20/12/2008

COMMENTAIRE(S)