Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Hollande est-il un homme de gauche ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Biya en visite au Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'Hommage de tout un pays à Papa Wemba

En savoir plus

LE DÉBAT

France - loi travail : la bataille s'engage au Parlement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

François Ier, l'empreinte d'un roi

En savoir plus

FOCUS

Migrants : l'Autriche lance des travaux pour clôturer sa frontière avec l’Italie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gérald de Palmas se dévoile dans son nouvel album "La beauté du geste"

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Loi Travail : le gouvernement ira-t-il jusqu'au bout ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Brésil : WhatsApp bloqué pendant 72h

En savoir plus

Amériques Amériques

Betancourt se consacre à la rédaction de ses mémoires

Dernière modification : 20/12/2008

L'ex-otage franco-colombienne des FARC a déclaré, à l'issue d'une tournée effectuée en Amérique latine, qu'elle allait quitter la vie publique durant un an afin de prendre le recul nécessaire à la rédaction de ses mémoires.

AFP - L'ex-otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, retenue six ans prisonnière par la rébellion marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) a annoncé vendredi à Mexico qu'elle allait quitter la vie publique durant un an pour écrire ses mémoires.

"Vous n'allez plus me voir pendant un moment, parce que j'ai besoin d'être seule pour écrire et essayer de faire une chose nécessaire, à savoir rendre compte de ce que j'ai vécu", a déclaré Mme Betancourt à des journalistes à la résidence de l'ambassadeur de France au Mexique, Daniel Parfait.

L'ex-parlementaire colombienne et ancienne candidate à la présidence de la République, libérée de ses geôliers par l'armée colombienne en juillet, s'exprimait à l'issue d'une tournée en Amérique latine, durant laquelle elle a appelé à une coopération régionale en faveur de la libération des otages.

Mme Betancourt, 46 ans, a expliqué qu'elle n'apparaîtrait désormais plus en public que pour soutenir les otages encore détenus dans la jungle colombienne ou dans le reste du monde, citant le soldat israélien Gilad - enlevé en 2006 par des groupes armés palestiniens - et l'opposante birmane Aung San Suu Kyi - assignée à résidence par la junte birmane depuis de nombreuses années.

Elle a répété n'avoir pas l'intention de briguer à nouveau un mandat électif en Colombie. La politique en Colombie "ne me paraît pas attirante et est parfois franchement dégoûtante", a-t-elle expliqué, assurant n'être "pas motivée par des ambitions personnelles.

Première publication : 20/12/2008

COMMENTAIRE(S)