Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Economie

L'étau se resserre sur le financier accusé de fraude

Dernière modification : 20/12/2008

Initialement autorisé à sortir de chez lui pour aller voir son avocat, Bernard Madoff, accusé d'une escroquerie portant sur 50 milliards de dollars, a été assigné à résidence nuit et jour par la justice américaine.

AFP - Le financier américain Bernard Madoff, accusé d'une gigantesque fraude portant sur 50 milliards de dollars, est assigné à résidence nuit et jour, a annoncé vendredi à New York un communiqué du parquet.

Dans une précédente décision mercredi, le tribunal lui avait permis de sortir ponctuellement, notamment pour se rendre chez son avocat.

Bernard Madoff, 70 ans, porte en outre un bracelet électronique depuis mercredi, et a remis son passeport aux autorités.

Il est en liberté après avoir payé une caution de 10 millions de dollars, garantis notamment par son appartement de New York, estimé à 7 millions de dollars.

Son épouse Ruth a également remis son passeport et gagé des propriétés qu'elle possède à New York et Palm Beach en Floride (sud-est).

Première publication : 20/12/2008

COMMENTAIRE(S)