Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Sports

Lyon décroche le titre de champion d'automne

Dernière modification : 21/12/2008

Grâce à un but de Karim Benzema, Lyon a battu Caen 1 à 0 et devient champion d'automne. Rennes, qui s'est imposé à Lorient, prend temporairement la deuxième place en attendant les matchs de dimanche.

AFP - Nerveux et vexé après quatre matches sans victoire, chahuté par une belle équipe de Caen, Lyon a retrouvé la marche avant (1-0) samedi et décroché un nouveau titre symbolique de champion d'automne après la 19e journée de L1.
  
Attaqué de toute part et tremblant après une fin d'automne délicate qui l'exposait à un retour de Marseille, l'OL a encore affiché un surprenant manque de confiance mais a cette fois-ci réussi à passer outre pour ramener un succès qui le fuyait depuis le 16 novembre... et depuis 1995 à Caen!
  
Cela suffit aux Gones pour passer les fêtes au chaud, mais cela ne les exonérera pas de devoirs de vacances, tant leur jeu a manqué de la fluidité affichée en début de saison.
  
Certes, leur 2e période a bien été plus enthousiasmante, mais c'est aussi parce que Caen avait alors accepté de se découvrir. Et malgré une pelletée d'occasions, Boumsong (49), Juninho (59) et Fred (66), victimes d'un excellent Planté, n'ont pas su finir le travail.
  
Pourtant, sauf à évoquer la crainte que suscite son prochain adversaire Barcelone, la Ligue des Champions et son calendrier démentiel ne sont plus là pour excuser un effectif logiquement fatigué qui a, au moins, retrouvé assez de ressources morales pour faire le dos rond et attendre son heure.
  

En danger tout seul
  
Car l'OL s'est mis en danger tout seul. D'abord parce que Fred et Benzema ont mis du temps à trouver leurs marques juste devant Delgado.
  
Ensuite, parce que le milieu a permis aux Normands de prendre confiance, en l'absence de Govou (dont le goût pour les fêtes alcoolisées a été chanté par le public), alors que Juninho ne brillait pas et que Makoun semblait à bout de souffle.
  
Enfin parce que lorsque Malherbe, emmené par un ébouriffant Ben Khalfallah qui n'avait plus été titulaire depuis la 11e journée, a sorti la tête de l'eau, il s'est rendu compte que Källström et surtout Mensah étaient hors du coup dans leurs couloirs.
  
Mais ni Savidan (16), ni Gomis (8), ni Toudic (78, 81) n'ont su en profiter pour tirer leur équipe du ventre mou.
  
A l'inverse, Lyon, en mal de solution sur les ailes, s'est contenté d'un numéro de Delgado pour trouver l'ouverture et mettre fin au mutisme de Benzema, qui durait depuis quatre matches (1-0, 42e).
  
Mais même si elle est restée inviolée pour la 12e fois cette saison, la défense lyonnaise, la meilleure de l'élite, a donné des signes d'inquiétude. Janvier et le retour des absents devraient permettre de savoir si la fissure est profonde.

Première publication : 20/12/2008

COMMENTAIRE(S)