Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar : l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : le statu quo diplomatique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

EUROPE

Berlusconi offre sa médiation entre Washington et Moscou

Vidéo par Aurore DUPUIS , Sophie DAVIDSON , Olivia SALAZAR WINSPEAR

Dernière modification : 21/12/2008

Le chef du gouvernement italien, dont le pays prendra la présidence du G8 le 1er janvier prochain, a affirmé avoir fait jouer son "autorité personnelle" pour favoriser une rencontre entre Barack Obama et Dmitri Medvedev.

AFP - Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, dont le pays prendra la présidence du G8 le 1er janvier, a annoncé samedi soir qu'il "avait commencé à travailler" à une rencontre Medvedev-Obama, au cours d'une conférence de presse.

"Nous avons commencé à travailler, grâce à la vieille amitié qui existe avec la direction de la Fédération de Russie et la nouvelle administration américaine sur une possible rencontre" entre le président russe Dmitri Medvedev et le président élu américain Barack Obama, a déclaré Silvio Berlusconi, dans une conférence de presse de fin d'année.

Silvio Berlusconi a fait notamment état de son "autorité personnelle" pour favoriser une telle rencontre au sommet.

Depuis son retour au pouvoir en mai dernier, le chef du gouvernement a régulièrement exprimé le souhait de jouer le rôle d'intermédiaire entre Washington et Moscou, mettant en avant ses bonnes relations avec le Premier ministre russe Vladimir Poutine.

Evoquant les précédents sommets du G8 présidés par l'Italie (1994, 2001), M. Berlusconi, 72 ans, a souligné qu'il était "le seul à résister" alors que "la scène (mondiale) avait changé".

"Mon expérience pourra certainement être utile", a-t-il ajouté à propos du troisième sommet du G8 qu'il présidera du 8 au 10 juillet 2009 à La Maddalena, en Sardaigne.

En réponse à une question, il a indiqué que "l'aide aux pays les plus pauvres" serait l'un des "thèmes prioritaires" à l'ordre du jour du prochain G8.

Rome a déjà annoncé que ce sommet serait élargi aux pays émergents et à l'Afrique.

Le deuxième jour du sommet doit voir la participation des pays du G5 composé des cinq principales économies émergentes --Chine, Inde, Afrique du Sud, Mexique et Brésil-- et de l'Egypte tandis qu'une représentation du continent africain ainsi que l'Indonésie et l'Australie participeront au troisième jour des débats.

Le G8 comprend l'Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, le Japon et la Russie.
 

Première publication : 21/12/2008

COMMENTAIRE(S)