Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

EUROPE

Berlusconi offre sa médiation entre Washington et Moscou

Vidéo par Aurore DUPUIS , Sophie DAVIDSON , Olivia SALAZAR WINSPEAR

Dernière modification : 21/12/2008

Le chef du gouvernement italien, dont le pays prendra la présidence du G8 le 1er janvier prochain, a affirmé avoir fait jouer son "autorité personnelle" pour favoriser une rencontre entre Barack Obama et Dmitri Medvedev.

AFP - Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, dont le pays prendra la présidence du G8 le 1er janvier, a annoncé samedi soir qu'il "avait commencé à travailler" à une rencontre Medvedev-Obama, au cours d'une conférence de presse.

"Nous avons commencé à travailler, grâce à la vieille amitié qui existe avec la direction de la Fédération de Russie et la nouvelle administration américaine sur une possible rencontre" entre le président russe Dmitri Medvedev et le président élu américain Barack Obama, a déclaré Silvio Berlusconi, dans une conférence de presse de fin d'année.

Silvio Berlusconi a fait notamment état de son "autorité personnelle" pour favoriser une telle rencontre au sommet.

Depuis son retour au pouvoir en mai dernier, le chef du gouvernement a régulièrement exprimé le souhait de jouer le rôle d'intermédiaire entre Washington et Moscou, mettant en avant ses bonnes relations avec le Premier ministre russe Vladimir Poutine.

Evoquant les précédents sommets du G8 présidés par l'Italie (1994, 2001), M. Berlusconi, 72 ans, a souligné qu'il était "le seul à résister" alors que "la scène (mondiale) avait changé".

"Mon expérience pourra certainement être utile", a-t-il ajouté à propos du troisième sommet du G8 qu'il présidera du 8 au 10 juillet 2009 à La Maddalena, en Sardaigne.

En réponse à une question, il a indiqué que "l'aide aux pays les plus pauvres" serait l'un des "thèmes prioritaires" à l'ordre du jour du prochain G8.

Rome a déjà annoncé que ce sommet serait élargi aux pays émergents et à l'Afrique.

Le deuxième jour du sommet doit voir la participation des pays du G5 composé des cinq principales économies émergentes --Chine, Inde, Afrique du Sud, Mexique et Brésil-- et de l'Egypte tandis qu'une représentation du continent africain ainsi que l'Indonésie et l'Australie participeront au troisième jour des débats.

Le G8 comprend l'Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, le Japon et la Russie.
 

Première publication : 21/12/2008

COMMENTAIRE(S)