Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les hôtels Trident et Taj Mahal rouvrent leurs portes

Vidéo par Carlotta RANIERI

Dernière modification : 22/12/2008

Près d'un mois après les attaques terroristes qui les avaient partiellement détruits, les hôtels de luxe Trident et Taj Mahal ont rouvert ce dimanche. Le palace Trident pourrait même accueillir ses premiers clients dans la foulée.

AFP - Une partie du palace Taj Mahal et de l'hôtel Trident de Bombay, pris d'assaut fin novembre par un commando islamiste, ont rouvert dimanche sous très haute sécurité, l'Inde espérant faire revenir des touristes sur la côte ouest pour les fêtes de fin d'année.

Ces deux établissements de luxe -- et l'hôtel Oberoi, contigu au Trident, qui reste fermé-- demeureront des symboles du carnage perpétré par dix assaillants du 26 au 29 novembre dans la trépidante capitale économique de la 10e puissance mondiale. Sur les 163 personnes, dont 26 étrangers, massacrées en plusieurs endroits du "New York de l'Orient", 32 ont été tuées au Trident et 31 au Taj Mahal Palace.

Les directions des hôtels ont rendu hommage aux victimes et salué en "héros" les personnels qui ont contribué à des réouvertures aussi rapides. Raymond Bickson, patron du groupe Indian Hotels, gérant le Taj, y a vu "l'affirmation des valeurs de courage, de résistance et de dignité".

Dans la matinée, employés et clients ont assisté dans le hall du Trident à des prières oecuméniques d'hindous, musulmans, chrétiens, bouddhistes, juifs, jaïns et zoroastriens: autant de cultes représentés dans cette Inde laïque et multiconfessionnelle de 1,1 milliard d'habitants, sous le choc de son "11-Septembre".

Dès l'aube, cent clients ont pris possession de leurs chambres et les quatre restaurants tournaient à plein régime, moins d'un mois après que des assaillants eurent abattu des convives.

Au Taj Mahal, pour la réouverture de l'aile Tower, ajoutée en 1970, un millier d'invités de marque ont eu droit à une fastueuse réception, tandis que 268 chambres et sept restaurants ont rouvert dans la soirée.

"C'est un message aux terroristes: les affaires ne s'arrêtent pas, les hôtels ne ferment pas. Je n'ai plus peur, j'ai de l'espoir. Les terroristes ont échoué et les habitants de Bombay ont gagné", a lancé Rick McElrea, un Canadien résidant à Bombay, venu prendre son petit-déjeuner en famille au Trident.

Tout le quartier des hôtels avait été bouclé par les forces de l'ordre qui fouillaient chaque visiteur et chaque bagage à l'aide de détecteurs de métaux ou d'explosifs.

Le conglomérat Tata, propriétaire de la chaîne des Taj, qui avait reconnu fin novembre avoir été informé d'une éventuelle attaque, envisage de déployer des policiers en civil dans l'hôtel, a confié le directeur adjoint d'Indian Hotels, R.K. Krishna Kumar.

Le somptueux bâtiment d'origine du Taj Mahal Palace, à l'architecture d'inspiration victorienne et musulmane et datant de 1903, est beaucoup plus détruit que l'aile Tower: sa restauration devrait s'achever en 2010, a précisé M. Kumar. Le président de Tata, Ratan Tata, s'est engagé à "reconstruire chaque centimètre pour qu'il retrouve sa gloire passée".

Le Taj Mahal est devenu l'hôtel incontournable de Bombay pour les têtes couronnées, chefs d'Etat, vedettes de la chanson et du cinéma ou riches hommes d'affaires.

Quant au Trident, sa rénovation aura coûté 100.000 dollars. La facture devrait atteindre 10 millions de dollars pour l'Oberoi, bien plus endommagé par par les grenades, fusillades et incendies.

Les professionnels espèrent maintenant faire revenir les touristes indiens et occidentaux au bord de la mer d'Arabie, l'une des régions les plus courues d'Inde, grâce à l'attrait de la célébrissime station balnéaire de Goa à 600 km au sud de Bombay.

Cette ex-colonie portugaise et ses plages paradisiaques accueillent chaque année 2,6 millions de visiteurs, dont 400.000 étrangers. Mais les Etats-Unis, l'Australie, la Russie ou Israël déconseillent maintenant Goa et "les arrivées de touristes ont déjà baissé de 20%", a déploré Ralf D'Souza, président des tour-opérateurs de Goa, regrettant que les centaines de soirées dansantes prévues sur les plages pour Noël et le Nouvel An aient été interdites par peur d'un attentat.
 

Première publication : 21/12/2008

COMMENTAIRE(S)