Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ex-Premier ministre Sheikh Hasina menacé de mort

Dernière modification : 21/12/2008

À quelques jours des législatives, le Bangladesh a renforcé les mesures de sécurité autour du candidat Sheikh Hasina Wajed. Des informations du renseignement indien évoquent des menaces de mort à l'encontre de l'ex-Premier ministre.

AFP - Le Bangladesh a renforcé les mesures de sécurité autour de l'ex-Premier ministre Sheikh Hasina Wajed à la suite d'informations d'origine indienne faisant état de menaces de mort contre elle de la part d'extrémistes musulmans, a-t-on appris dimanche de source officielle.
   
Une enquête a été ouverte quand la chaîne de télévision CNN-IBN citant une source non identifiée du renseignement indien a fait état de menaces de mort contre Sheikh Hasina qui est candidate aux élections législatives du 29 décembre, a indiqué dimanche Hasan Mahmud Khandaker, directeur général du Bataillon d'action rapide (RAB), un corps d'élite.
   
"Les mesures de sécurité autour de Sheikh Hasina ont été renforcées. Le RAB et la police enquêtent sur les menaces", a déclaré M. Khandaker.
   
Selon lui, la sécurité a aussi été accrue pour sa grande rivale Khaleda Zia, également ancienne Premier ministre et chef du Parti nationaliste du Bangladesh.
   
Le parti de la Ligue Awami de Sheikh Hasina et ses alliés sont des candidats de premier plan aux législatives censées ouvrir la voie à un gouvernement démocratique après deux années d'un régime de technocrates soutenu par les militaires.
   
Sheikh Hasina Wajed a été Premier ministre de 1996 à 2001 et fut la cible d'une tentative d'assassinat en 2004 lorsque des islamistes présumés avaient lancé des grenades dans sa direction, tuant 20 personnes et faisant des centaines de blessés.
   
Le Bangladesh, l'un des pays musulmans les plus peuplés du monde, a été frappé par de nombreux attentats islamistes ces dernières années, notamment 400 attaques à l'explosif en un seul jour en août 2005, perpétrés par le mouvement interdit Jamayetul Mujahideen Bangladesh.
   
Samedi, les autorités ont annoncé qu'elles avaient déployé près de 50.000 soldats pour empêcher toute violence avant les élections.
   
Après des mois d'affrontements entre les principales forces politiques - ayant fait des dizaines de morts à partir d'octobre 2006 - l'armée était intervenue, faisant annuler des législatives prévues au début 2007 et imposant le 11 janvier 2007 l'état d'urgence, levé mercredi dernier.
 

Première publication : 21/12/2008

COMMENTAIRE(S)