Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

SCIENCES

Les internautes se rebiffent sur la Toile

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 22/12/2008

Devant les vagues de licenciements qui s’accumulent dans les nouvelles technologies, les internautes réagissent et s’emparent de la Toile pour se défouler. À l’instar de Michelle Chappel, auteure d'un clip qui s’en prend à Yahoo.

Face à la crise, certains sur Internet, plutôt que le blues, ont choisi la country. C’est le cas pour Michelle Chappel, consultante pour Yahoo à trois reprises. Elle a vécu de l’intérieur l’annonce du plan de restructuration du géant de l’Internet. En guise de protestation, elle s'est fendue d'un clip "screw you Yahoo" ("va te faire voir Yahoo", ndlr) qu’elle a posté sur le site de partage de vidéos YouTube.

 

 

 

Par la suite elle a envoyé un email au célèbre site d’information technologique Techcrunch dans lequel elle raconte les semaines qui ont précédé les licenciements. Et s’étonne de la débauche d’argent qui a précédé les coupes claires. "Ils ont organisé une grande fête de la bière. Tout le monde a reçu du vin et des petits gâteaux, sans compter la fête de Noël", écrit-elle. Michelle Chappel détaille ensuite comment l’ambiance s'est métamorphosée, d’un coup, et comment les pressions se sont accrues sur les salariés.

 

Son message, repris par Techcrunch, a généré près de 300 commentaires, la plupart saluant la bonne humeur de la chanson en ces temps de crise. Car pour tous ces virés du web 2.0, et ceux qui craignent pour leur emploi, Internet est devenu une sorte de défouloir pour salariés sur le carreau.
 
L’un des exemples les plus commentés est le blog officiel du groupe de presse américain Gannet. Il a été pris d’assaut par des collaborateurs qui disent au revoir à leurs amis et collègues. Le blog compte même une liste des licenciements par ville mis à jour régulièrement. Techcrunch a mis en place une animation des pertes d’emploi dans le secteur des nouvelles technologies aux Etats-Unis. La dernière mise à jour (23 décembre) comptabilise 113 226 licenciements depuis le 9 août.

 

D’autres ont monté des sites qui suivent au jour le jour les projets d’entreprises qui capotent et les sites qui disparaissent de la Toile. Un flux Twitter s’est mis en place sur le même principe. Une opportunité pour des petits malins de surfer sur la vague des licenciements ?

Première publication : 22/12/2008

COMMENTAIRE(S)