Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : Cameron promet des pouvoirs élargis à l'Écosse

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Le Conseil de sécurité renforce le mandat des casques bleus

Dernière modification : 23/12/2008

Le mandat de la Mission des Nations unies au Congo, prorogé lundi jusqu'à la fin 2009, a été renforcé. La Monuc devra désormais travailler "en étroite coopération" avec le gouvernement et non plus seulement "apporter son soutien".

REUTERS - Le Conseil de sécurité de l'Onu a prorogé lundi en le renforcant le mandat de la Mission des Nations unies au Congo (Monuc) jusqu'à la fin 2009 dans des termes qui, selon des diplomates, devraient aider les casques bleus à combattre les rebelles indépendamment de l'armée régulière.

Le texte voté, selon ces diplomates, renforce la résolution adoptée l'an dernier en stipulant que la Monuc devra travailler "en étroite coopération" avec le gouvernement de Kinshasa. L'ancienne formulation disait que les casques bleus devaient "apporter leur soutien" à l'armée gouvernementale.

Cette dernière a échoué à enrayer la progression des rebelles tutsis du général déchu Laurent Nkunda passés à l'offensive depuis la fin août dans le Nord-Kivu limitrophe du Rwanda.

La Monuc, qui est déjà avec 17.000 hommes la plus importante mission de maintien de la paix de l'Onu dans le monde, est accusée par des ONG de défense des droits de l'homme de ne pas protéger suffisamment les populations civiles des exactions des deux deux camps (rebelles et gouvernementaux).

En novembre, le Conseil de sécurité a donné son feu vert à l'envoi de 3.000 soldats et policiers internationaux supplémentaires mais il peine depuis à obtenir des engagements de pays contributeurs.

"La nouvelle résolution permet à la Monuc d'agir indépendamment contre tout groupe armé", a expliqué devant le Conseil le chef de la diplomatie belge, Karel De Gucht.


Prises de bec

"Elle peut aussi désormais agir au cas où des éléments incontrôlés de (l'armée congolaise) seraient à l'origine d'actes de violence à l'encontre de la population", a ajouté le ministre des Affaires étrangères.

Une autre clause de la résolution demande à la Monuc de concentrer ses activités sur l'est de la RDC. Le commandement des casques bleus avait manifesté le souhait de redéployer ses hommes pour mieux couvrir tous les "points chauds" potentiels dans ce pays sans infrastructures routières dignes de ce nom et grand comme l'Europe de l'Ouest.

Le Conseil de sécurité a adopté lundi une autre résolution prorogeant, en élargissant leur champ d'application, les sanctions (interdiction de voyager et gel des avoirs) frappant ceux qui sont considérés comme apportant leur appui à la rébellion au Nord-Kivu.

Les débats ont été marqués par des prises de bec entre la RDC et le Rwanda après des déclarations du représentant de Kigali jugées favorables à l'insurrection du général Nkunda.

"L'incapacité de (l'armée congolaise) à assurer la protection de ses propres ressortissants justifie assurément la prétention de Nkunda à jouer le rôle de protecteur de la communauté tutsie congolaise à laquelle il appartient", a ainsi déclaré Joseph Nsengimana, ambassadeur du Randa auprès de l'Onu.

Le chef de la diplomatie de Kinshasa, Alexis Thambe Mwamba, a qualifié ce discours d'"excessif" et affirmé que les conflits dans l'est de la RDC trouvaient leurs sources au Rwanda. Kigali nie soutenir l'insurrection du général Nkunda.

Première publication : 23/12/2008

COMMENTAIRE(S)