Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Asie - pacifique Asie - pacifique

L'étau se resserre autour des blogs viêtnamiens

Dernière modification : 24/12/2008

Le régime communiste viêtnamien cherche à museler les blogs via une circulaire qui interdit de "s'opposer à l'État" ou de "nuire à l'ordre social". Il demande aux fournisseurs de service Internet de bloquer tout contenu jugé illégal.

AFP - Le Vietnam a resserré son contrôle des blogs, dans une nouvelle circulaire qui interdit de "s'opposer à l'Etat" ou "nuire à l'ordre social" et demande aux fournisseurs de service internet de constituer des bases de données et bloquer tout contenu jugé illégal.

Le pays communiste avait annoncé au début du mois sa volonté de mieux réguler une blogosphère en pleine explosion.

La circulaire, dont l'AFP a obtenu une copie mercredi, souligne que les blogs doivent servir à diffuser des informations personnelles.

Elle complète, en y appliquant clairement aux blogs, une régulation d'août qui interdisait déjà, sur internet, de "s'opposer à l'Etat (...) de nuire à la sécurité nationale, à l'ordre et à la sécurité sociale, de saboter l'unité nationale", divulguer des secrets nationaux, militaires ou économiques.

Début décembre, le vice-ministre de l'Information, Do Quy Doan, avait préparé le terrain dans les médias officiels en expliquant qu'Hanoï ne voulait pas "intervenir dans la vie privée des blogueurs", mais "donner un cadre pour (les) aider à comprendre l'étendue des activités qui leur sont permises".

Le quotidien anglophone Thanh Nien daily avait indiqué que le gouvernement entendait contacter les géants de l'internet "Google et Yahoo! en vue d'une coopération pour créer l'environnement pour les blogueurs le plus sain et le meilleur possible".

La nouvelle régulation demande aux "entreprises spécialisées dans la fourniture de services en ligne" de "constituer une base de donnée" sur les blogs qu'elles gèrent, de fournir, à la demande, les informations aux agences d'Etat "autorisées" et "d'éliminer" tout contenu qui violerait la loi.

Internet permet à la population vietnamienne de s'exprimer avec une marge de manoeuvre qu'elle n'a pas dans les médias traditionnels, contrôlés plus facilement et très étroitement par le régime communiste.

Ces derniers mois, les critiques ont notamment fusé sur la Toile sur la gestion, par Hanoï, du conflit territorial qui l'oppose à Pékin en mer de Chine du Sud.

Les deux capitales y revendiquent la souveraineté des archipels des Spratleys et Paracels.

Le dossier, ultra-sensible et qui empoisonne les relations des deux alliés communistes, avait fait l'objet de manifestations inhabituelles mais vite étouffées par Hanoï il y a un an. Il n'est que très rarement et toujours brièvement et prudemment abordé dans les journaux vietnamiens.

L'organisation de défense des médias Reporters sans frontières (RSF) classe le Vietnam parmi les pays "ennemis" de l'internet, estimant qu'il "suit de très près sa grande soeur chinoise dans le renforcement de la censure" sur le web.

La justice vietnamienne a déjà mis derrière les barreaux plusieurs cyberdissidents.

Début décembre, elle a confirmé en appel la condamnation d'un célèbre blogueur à deux ans et demi de prison. Nguyen Hoang Hai, plus connu sous le pseudonyme de Dieu Cay, a été reconnu coupable de fraude fiscale, mais RSF estime qu'il paie en réalité des prises de position trop ouvertement critiques sur la politique de Pékin en mer de Chine du Sud.
 

Première publication : 24/12/2008

COMMENTAIRE(S)