Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

  • Ce qu’il faut savoir sur les fonds "vautours" qui ont mis l’Argentine à genoux

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

Moyen-Orient

La Basilique de la Nativité se prépare à fêter Noël

Dernière modification : 25/12/2008

Les touristes sont de retour à Bethléem, où les préparatifs de la célébration de Noël battent leur plein, notamment dans la Basilique de la Nativité, partagée par plusieurs communautés chrétiennes.

AFP - Bethléem, ville de la naissance de Jésus selon la tradition chrétienne, a retrouvé ces jours-ci la joie de célébrer Noël grâce au retour en masse des pèlerins depuis le début de l'année.

 

"Tous les hôtels --toutes catégories confondues-- sont complets, soit trois mille chambres occupées", souligne Samir Hazboun, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de la région de Bethléem, en Cisjordanie, qui compte 185.000 habitants dont 20.000 à 25.000 chrétiens, selon des estimations palestiniennes.

 

Bonhommes de neige et pères Noël gonflables sont postés à l'entrée des boutiques de souvenirs. Devant l'une d'elles, le père Noël est un géant de 4 m de haut. Les hôtels sont eux parés de guirlandes électriques et de sapins synthétiques couverts de boules et de fausse neige.

 

"Cette année est la meilleure année depuis l'an 2000. En 2008, nous avons accueilli plus d'un million de touristes en dépit des difficultés politiques qui subsistent", précise M. Hazboun.

 

"Cela a un impact considérable sur la situation économique de la ville. Le tourisme est redevenu le premier secteur économique de notre région, ajoute-t-il. Le chômage qui touchait 45 % de la population active en 2002-2003 est tombé à 23%."

 

Depuis 2007, les touristes étrangers ont repris le chemin de Bethléem, qui avait connu une baisse dramatique de l'affluence après octobre 2000, en raison des violences de la deuxième Intifada.

 

Cette année, restaurants, hôtels, boutiques de souvenirs mais aussi sociétés de bus et guides --soit tous ceux qui travaillent dans le secteur touristique, ou presque--, profitent de l'embellie.

 

Dans le centre-ville, à quelques dizaines de mètres de l'entrée de la Basilique de la Nativité, Georges Baboul, assis devant la porte de son échoppe +Bethléem Star Store+ spécialisée dans les objets religieux en bois d'olivier, est souriant. "L'atmosphère est meilleure, les touristes sont revenus en masse", confie-t-il en faisant le signe de croix à l'instant où sonnent les cloches.

 

Mohammed, guide anglophone, attend les clients devant la Basilique. "Guide est redevenu un bon métier. Cette année, j'ai travaillé presque tous les jours", précise-t-il.

 

L'Eglise Sainte-Catherine, qui accueille la fameuse messe de minuit du 24 décembre suivie dans l'ensemble du monde catholique, se prépare. Des échafaudages encore en pièces détachées et des dizaines de projecteurs jonchent le sol du cloître Saint-Jérôme, dans l'attente d'être installés.

 

Signe du renouveau, le nombre de restaurants a plus que doublé en 2008, passant de 20 à 50. Mike Canawati, 35 ans, a investi 250.000 dollars dans l'achat et la transformation d'un ancien snack situé sur la Place de la Crèche, devant la Basilique.

 

Trois nouveaux hôtels sont en construction et doivent en principe ouvrir pour Pâques.

 

Pour M. Hazboun, cette relance du tourisme est en partie liée à l'évolution des responsables israéliens, qui ont "compris l'importance de relancer l'économie de cette région pour redonner de l'espoir à la population locale".

 

Il en veut pour exemple les permis plus nombreux délivrés aux chrétiens de la ville pour rendre visite à leur famille à Jérusalem et à Nazareth (Israël).

 

"Mais, ajoute-t-il, on voudrait que le +Mur+ soit remplacé par un pont et que les juifs aient le droit de revenir à Bethléem". Pour des raisons sécuritaires, les juifs israéliens ont l'interdiction formelle de se rendre dans les Territoires sous contrôle palestinien, faute de quoi ils sont passibles d'une amende.

 

Côté israélien, un des responsables du ministère du Tourisme, Raphaël Ben-Hur, a déclaré jeudi que "lorsqu'on parle de tourisme il ne peut y avoir de frontières".

 

"Nous comprenons que nous ne pouvons pas faire de distinction entre Jérusalem et Bethléem. Notre objectif est de faire en sorte que le passage du barrage soit le plus souple possible", a-t-il ajouté.

Première publication : 24/12/2008

COMMENTAIRE(S)