Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Moyen-Orient

Le chef du FPLP condamné à 30 ans de prison

Dernière modification : 25/12/2008

Israël a condamné le leader du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) à 30 ans de prison. Détenu depuis 2006, Ahmed Saadat a été reconnu coupable de toutes les actions menées par son organisation depuis octobre 2001.

AFP - Le chef du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), Ahmed Saadat, a été condamné jeudi à trente ans de prison par un tribunal militaire israélien, qui l'a jugé coupable des actions de son mouvement.

"En tant que chef d'une organisation terroriste illégale, Ahmed Saadat est responsable et coupable de toutes les actions menées par cette organisation", a affirmé une source militaire israélienne à l'AFP.

Ahmed Saadat était sous le coup de 19 chefs d'inculpation notamment pour atteinte à la sécurité d'Israël dans le cadre de ses activités au sein du FPLP, une organisation considérée comme "terroriste" et "illégale" par la loi israélienne.

Elu député en 2006, il avait été arrêté par l'armée israélienne en mars 2006 lors de la prise d'assaut de la prison de Jéricho, en Cisjordanie. Il y était détenu par les forces de sécurité palestiniennes à la suite de l'assassinat en octobre 2001 du ministre israélien du Tourisme Rehavam Zeevi.

Sa détention dans la prison de Jéricho de 2002 à 2006 ne sera pas comptabilisée dans la peine de 30 ans du tribunal militaire israélien, a précisé la source militaire israélienne.

La justice militaire israélienne ne l'a toutefois pas condamné pour son implication directe dans l'assassinat du ministre du Tourisme ni dans aucun autre attentat ayant fait des victimes.

Son avocat et le FPLP ont accusé la justice militaire d'avoir rendu une décision "politique".

"Le tribunal a condamné Ahmed Saadat car il dirige un groupe considéré par Israël comme illégal et pour ses activités politiques. Il est donc clair que cette décision est politique", a affirmé à l'AFP Mahmoud Hassan, l'avocat du chef du FPLP.

"Quand les Israéliens l'ont arrêté, ils l'ont accusé d'avoir tué le ministre Rehavam Zeevi. Cette question n'est pas apparue dans le jugement et cela prouve que son arrestation était politique et non sécuritaire", a renchéri Khalida Jarar, une dirigeante du FPLP.

Quatre autres membres du FPLP, eux aussi capturés à la prison de Jéricho, avaient été inculpés en mai 2006 pour l'assassinat du ministre d'extrême droite israélien dans un hôtel de Jérusalem-est.

En février dernier, l'un d'eux Bassel Al-Asmar, avait été condamné à la prison à vie assortie d'une peine de sûreté de 20 ans par le tribunal de district de Jérusalem.

Le FPLP avait mené l'attentat contre le ministre pour venger l'assassinat de l'ancien secrétaire général du FPLP Abou Ali Moustapha, tué par des tirs israéliens d'hélicoptères contre son bureau à Ramallah en août 2001.

Ahmad Saadat, 54 ans, avait été élu en octobre 2001 à la tête du FPLP après la mort d'Abou Ali Moustapha.

L'Autorité palestinienne, alors dirigée par Yasser Arafat, avait arrêté Ahmed Saadat, une des conditions posées par Israël pour lever le blocus imposé au QG de Ramallah du défunt dirigeant palestinien en 2002. Il avait été détenu à la prison de Jéricho sous supervision américano-britannique.

Yasser Arafat, décédé en novembre 2004, avait indiqué que l'Autorité palestinienne avait arrêté Saadat pour le forcer à livrer les assassins de Zeevi.
 

Première publication : 25/12/2008

COMMENTAIRE(S)