Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei enregistre sa pire semaine depuis la crise de 2008

En savoir plus

LE DÉBAT

Procès d'Hissène Habré : perpétuité requise pour l'ancien président tchadien

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Havane, terre d'œcuménisme"

En savoir plus

LE DÉBAT

Remaniement ministériel : un nouvel équilibre politique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un remaniement pour rien?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : à Bambari, symbole de la division, le candidat Dologuele rencontre un chef de guerre

En savoir plus

POLITIQUE

Stéphane Rozès : "Le texte sur la réforme constitutionnelle est assez alambiqué pour recueillir l’adhésion de tous"

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Louis Bourlanges : "Le but de François Hollande est de déshabiller la gauche de la gauche"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Homeland, Irak année zéro" : retour à Bagdad

En savoir plus

Culture

L'écrivain et dramaturge Harold Pinter est mort

Vidéo par Christophe DANSETTE

Dernière modification : 26/12/2008

L'écrivain britannique Harold Pinter est décédé mercredi soir à 78 ans, des suites d'un cancer. Dramaturge et poète engagé, le lauréat du prix Nobel de littérature 2005 était connu pour ses prises de positions politiques tranchées.

Reuters - Le dramaturge britannique et prix Nobel de littérature 2005 Harold Pinter, auteur de pièces grinçantes comme "Le Gardien", "L'Anniversaire" et "Le Retour", est décédé mercredi à l'âge de 78 ans.

 
Selon les médias britanniques, Harold Pinter souffrait d'un cancer.
 

Sa seconde épouse, la biographe Lady Antonia Fraser, a déclaré au quotidien The Guardian: "Ce fut un immense honneur pour moi de partager sa vie pendant plus 33 ans. Nous ne l'oublierons jamais".

 

Dans les dernières années de sa vie, ce dramaturge doublé d'un écrivain et d'un scénariste de cinéma avait exprimé des positions politiques de plus en plus radicales.

 

Il avait notamment dénoncé en termes très vifs l'intervention anglo-américaine en Irak de 2003, parlant à cet égard d'"un acte de banditisme, d'un acte de terrorisme d'Etat flagrant".

 

Dans un communiqué publié à Paris, le président Nicolas Sarkozy, en vacances au Brésil, a rendu hommage "(...) à ce grand dramaturge et humaniste lucide, intranquille et intransigeant".

 

Le communiqué de l'Elysée affirme que Harold Pinter "(...) aura traqué sans relâche la bêtise humaine et ses nombreuses manifestations, les plus monstrueuses comme les plus anodines, l'absurdité se nichant autant dans les guerres que dans les routines de la vie quotidienne". 

 

Première publication : 25/12/2008

COMMENTAIRE(S)