Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye l'UE !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

EUROPE

Dix ex-membres de l'UCK arrêtés pour crimes de guerre

Dernière modification : 26/12/2008

Les autorités serbes ont arrêté dix anciens membres de la guérilla kosovare albanaise, l'Armée de libération du Kosovo (UCK). Ils sont soupçonnés de plusieurs crimes de guerre contre des civils serbes entre juin et octobre 1999.

AFP - Les autorités serbes ont arrêté dans le sud de la Serbie dix anciens membres de la guérilla kosovare albanaise soupçonnés de crimes de guerre contre des civils serbes après la fin du conflit au Kosovo (1998-1999), a annoncé vendredi la police.

"Dix anciens membres de l'Armée de libération du Kosovo, soupçonnés de crimes contre des civils à Gnjilane (sud-est), ont été arrêtés à Presevo (sud) sur la base d'un ordre du procureur serbe pour les crimes de guerre", a indiqué à l'AFP une source policière.

Le bureau du procureur pour les crimes de guerre Vladimir Vukcevic a indiqué dans un communiqué qu'il s'agissait "d'anciens membres du "Groupe de Gnjilane" de l'Armée de libération du Kosovo (UCK) soupçonnés d'avoir kidnappé 159 civils serbes et tué au moins 51 personnes pendant la période de juin à octobre 1999".

Les personnes arrêtées sont également soupçonnées d'avoir commis d'autres crimes tels que "des viols, des incarcérations, des mutilations, des tortures et des pillages visant à expulser les civils serbes et non albanais du territoire de la municipalité de Gnjilane", a précisé le bureau du procureur.

Depuis la fin du conflit au Kosovo en juin 1999, suite à une campagne de bombardements de l'OTAN pour faire cesser les répressions des forces serbes contre les séparatistes albanais, le Kosovo est passé sous le contrôle de l'ONU et de l'OTAN.

La vallée de Presevo, située en bordure de la frontière avec le Kosovo et où vit une importante communauté albanaise, a été en 2000 et 2001 le théâtre d'affrontements entre forces serbes et séparatistes albanais.
 

Première publication : 26/12/2008

COMMENTAIRE(S)