Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : 3 "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan banlieue en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mai 68 revisité à travers ses affiches

En savoir plus

FOCUS

France : les nouveaux partis politiques sur les bancs de l'école

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Entre les États-Unis et l'Iran, "le fossé"

En savoir plus

L’invité du jour

Roland Lehoucq : "On peut pratiquer les sciences en analysant Star Wars"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

France : nouvelle journée de grève des fonctionnaires

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Italie, année zéro ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : "oui" à 73% pour la réforme voulue par Nkurunziza

En savoir plus

EUROPE

Dix ex-membres de l'UCK arrêtés pour crimes de guerre

Dernière modification : 26/12/2008

Les autorités serbes ont arrêté dix anciens membres de la guérilla kosovare albanaise, l'Armée de libération du Kosovo (UCK). Ils sont soupçonnés de plusieurs crimes de guerre contre des civils serbes entre juin et octobre 1999.

AFP - Les autorités serbes ont arrêté dans le sud de la Serbie dix anciens membres de la guérilla kosovare albanaise soupçonnés de crimes de guerre contre des civils serbes après la fin du conflit au Kosovo (1998-1999), a annoncé vendredi la police.

"Dix anciens membres de l'Armée de libération du Kosovo, soupçonnés de crimes contre des civils à Gnjilane (sud-est), ont été arrêtés à Presevo (sud) sur la base d'un ordre du procureur serbe pour les crimes de guerre", a indiqué à l'AFP une source policière.

Le bureau du procureur pour les crimes de guerre Vladimir Vukcevic a indiqué dans un communiqué qu'il s'agissait "d'anciens membres du "Groupe de Gnjilane" de l'Armée de libération du Kosovo (UCK) soupçonnés d'avoir kidnappé 159 civils serbes et tué au moins 51 personnes pendant la période de juin à octobre 1999".

Les personnes arrêtées sont également soupçonnées d'avoir commis d'autres crimes tels que "des viols, des incarcérations, des mutilations, des tortures et des pillages visant à expulser les civils serbes et non albanais du territoire de la municipalité de Gnjilane", a précisé le bureau du procureur.

Depuis la fin du conflit au Kosovo en juin 1999, suite à une campagne de bombardements de l'OTAN pour faire cesser les répressions des forces serbes contre les séparatistes albanais, le Kosovo est passé sous le contrôle de l'ONU et de l'OTAN.

La vallée de Presevo, située en bordure de la frontière avec le Kosovo et où vit une importante communauté albanaise, a été en 2000 et 2001 le théâtre d'affrontements entre forces serbes et séparatistes albanais.
 

Première publication : 26/12/2008

COMMENTAIRE(S)