Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

geurre en syrie, mossoul, relations russo-américaines Partie 2

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

remaniement ministeriel, brexit, conseil de l'Europe Partie 1

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron, l'Européen

En savoir plus

TECH 24

Passe ton code d'abord !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Année France-Colombie : le pays andin à l’honneur dans l’Hexagone

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiées syriennes en Jordanie : la menace Trump

En savoir plus

FOCUS

Réchauffement climatique : un danger pour le vin français

En savoir plus

SCIENCES

Un médicament susceptible d'éviter les rejets de greffe

Dernière modification : 27/12/2008

Une étude américaine tend à démontrer que le médicament utilisé contre des cancers bortezomib peut aussi empêcher les rejet de greffes. Les essais sur six patients ont tous été concluants et des tests cliniques sont en cours.

AFP - Le bortezomib, un médicament utilisé dans le traitement de certains cancers, semble efficace pour empêcher le rejet d'un organe après une greffe lorsque les autres traitements ont échoué, selon une étude américaine publiée samedi.
  
Les chercheurs ont administré ce médicament à six patients ayant subi des greffes de reins et dont le système immunitaire attaquait l'organe greffé. Ces patients ne répondaient pas aux traitements antirejet habituels.
  
A chaque fois le bortezomib a rapidement stoppé le rejet, amélioré le fonctionnement de l'organe, provoqué une baisse durable de la production d'anticorps et permis d'éviter que survienne un nouveau rejet pendant au moins cinq mois, selon cette étude publiée dans le journal Transplantation.
  
Cette découverte "a des implications importantes dans le domaine des greffes et des maladies auto-immunes", écrit l'un des coauteurs de l'étude, Steve Woodle, chef du département de chirurgie responsable des greffes à l'hôpital de Cincinnati (Ohio, nord).
  
Steve Woodle et son équipe mènent actuellement quatre essais cliniques pour valider ces découvertes préliminaires.
  
Les effets secondaires du médicament se sont montrés à la fois prévisibles et faciles à gérer, et le niveau de toxicité nettement moins élevé qu'avec d'autres agents anti-cancéreux, selon l'étude.
  
De précédentes études ont montré que les lymphocytes B jouent un rôle important dans le rejet d'organes en fabriquant des anticorps qui attaquent les organes greffés.
  
Des essais en laboratoire avaient montré que le bortezomib, en visant ces cellules fabriquant des anticorps, empêchait le rejet des greffes, avant que Steve Woodle et son équipe ne le testent sur des patients.

Première publication : 27/12/2008

COMMENTAIRE(S)