Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maitres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Moyen-Orient

Raid israélien de grande ampleur sur la bande de Gaza

Dernière modification : 27/12/2008

Les avions israéliens ont lancé une attaque massive avec une trentaine de missiles sur des bâtiments de la bande de Gaza. Au moins 195 personnes ont trouvé la mort dans ces attaques, selon le chef des urgences hospitalières.

AFP - Israel a lancé samedi des raids aériens massifs contre le Hamas dans la bande de Gaza, tuant quelque 150 Palestiniens en représailles à la reprise des tirs de roquettes depuis le territoire controlé par les islamistes.

"Au moins 145 personnes ont péri dans ces opérations et plus d'une centaine d'autres ont été blessées dans toute la bande de Gaza", a déclaré à l'AFP le ministre de la Santé du Hamas, Bassem Naïm.

Ce bilan était encore provisoire du fait de la poursuite des raids dont les dirigeants israéliens avaient brandi la menace après la fin d'une trêve de six mois le 19 décembre.

 

A lire également: le Hamas riposte, Israël prêt à intensifier ses attaques

La radio du Hamas a de son côté fait état de la mort de 155 Palestiniens, en majorité dans la ville de Gaza et dans le nord du territoire, et de plus de 200 blessés dans les bombardements commencés vers 11H30 (09H30 GMT).

"L'opération se poursuivra et sera éventuellement élargie en fonction des évaluations de l'armée et des responsables de la Défense", a averti le ministre de la Défense Ehud Barak, dans un communiqué.

La riposte palestinienne n'a pas tardé. Des dizaines de roquettes ont été tirées samedi de la bande de Gaza contre Israël, a affirmé la radio du mouvement islamiste.

Un de ces engins a tué un civil israélien à Netivot et fait quatre blessés dans une maison de cette localité du sud d'Israël, selon les services d'urgence israéliens.

La population des localités situées dans un rayon de 20 km aux alentours de la bande de Gaza a été appelée à gagner les abris par la défense passive, selon des responsables militaires.

Le général Tawfik Jaber, chef de la police du Hamas, a été tué dans ces raids qui ont tout particulièrement visé le quartier général de la police du Hamas dans la ville de Gaza, selon le porte-parole de cette police, Islam Shawan.

Selon lui, plus d'une centaine de policiers figurent parmi les morts. Il a indiqué que, dans le nord de la bande de Gaza, un camp d'entrainement militaire du Hamas avait été entièrement détruit.

Dans un communiqué, le Hamas a appelé son bras armé, les brigades Ezzedine al-Kassam, à "mettre tous les moyens en oeuvre pour empêcher les sionistes de dormir".

"Nous appelons toutes nos troupes à venger par la force les opérations de l'ennemi" israélien, a lancé un porte-parole sur la radio du Hamas.

A Gaza, des combattants de la branche armée du Hamas ont appelé par haut-parleurs les habitants du sud d'Israël "à préparer les linceuls".

Plusieures capitales ont appelé à un arrêt des violences et le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé avoir entamé des "contacts urgents avec plusieurs pays arabes et autres pour faire cesser l'agression lâche et les massacres dans la bande de Gaza".

Mais le porte-parole militaire israélien Avi Benyahou a averti que l'opération "ne faisait que commencer".

Il a par ailleurs précisé que "l'aviation israélienne a visé samedi des camps d'entraînement militaire, des bureaux gouvernementaux, des arsenaux, et des centres de commandement relevant tous du Hamas terroriste".

Selon lui, "le secret sur cette opération a été soigneusement maintenu et la surprise a été totale (...) La plupart des victimes sont des gens en uniformes du Hamas".

La ministre des Affaires étrangères israélienne Tzipi Livni a réuni ses collaborateurs en vue d'une campagne d'information internationale pour expliquer la décision israélienne d'attaquer le Hamas.

Fawzi Baroum, porte-parole du Hamas, a accusé l'Egypte de complicité avec Israel, parlant de "complot orchestré" après la rencontre jeudi entre le président égyptien Hosni Moubarak et Mme Livni.

Sur le terrain, l'Egypte a ouvert le terminal de Rafah, frontalier de la bande de Gaza, et accueilli des blessés palestiniens.

Bruxelles, Paris, Moscou notamment ont rapidement appelé à la fin "immédiate" des violences.

La Jordanie a demandé la tenue d'une réunion d'urgence dimanche des ministres arabes des Affaires étrangères.

Première publication : 27/12/2008

COMMENTAIRE(S)