Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Afrique

Le second tour s'est déroulé dans le calme

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Dernière modification : 29/12/2008

Malgré quelques couacs et contestations, le second tour de l'élection présidentielle entre John Atta Mills, chef de l'opposition, et Nana Akufo-Addo, issu du parti au pouvoir, s'est déroulé sans incident.

Reuters - Le second tour de l'élection présidentielle au Ghana, qui désignera un successeur au président sortant John Kufuor, se déroulait dimanche dans le calme, malgré quelques dysfonctionnements et contestations, selon les autorités électorales.

A midi, la participation semblait moins importante que lors du premier tour. "Tout s'est globalement déroulé dans le calme", a assuré Albert Arhin, directeur de la commission électorale, à Reuters.
 
Le scrutin s'annonce serré entre Nana Akufo-Addo, candidat du Nouveau Parti patriotique (NPP), au pouvoir, et John Atta Mills, représentant du Congrès démocratique national (NDC) d'opposition.
 
Dans la capitale Accra et à travers tout le pays, les files d'attente formées à l'extérieur des écoles et des bâtiments publics transformés en bureaux de vote, sous l'oeil attentif de l'armée et de la police, semblaient plus courtes que trois semaines auparavant, lors du premier tour.

Toutefois, les électeurs ne sont plus appelés qu'à se prononcer que la présidentielle, et non plus, comme au premier tour, sur les législatives, a rappelé Arhin, soulignant que le vote se déroulait de ce fait un peu plus vite.

Une forte participation, supérieure à 70%, pourrait favoriser Akufo-Addo, estiment certains analystes, tandis qu'une mobilisation moindre renforcerait les chances de Mills.

Akufo-Addo est arrivé en tête du premier tour le 7 décembre, avec 49% des suffrages et un peu plus d'un point de pourcentage sur son rival, mais sous le seuil des 50% nécessaire pour l'emporter.



IRRÉGULARITÉS ET INTIMIDATIONS ?
 

La campagne électorale a été marquée par de rudes échanges verbaux et le NDC a protesté auprès des autorités électorales contre des irrégularités.

Alors qu'il votait, John Atta Mills a déclaré avoir entendu des rapports d'irrégularités et d'intimidation contre les électeurs de son parti, le NDC. Il a demandé aux autorités de s'assurer de l'équité du vote. Nana Akufo-Addo a quant à lui appelé les Ghanéens à se mobiliser en nombre.

Mais les observateurs internationaux ont salué un scrutin méthodique, libre et équitable, et un modèle de démocratie sur un continent marqué cette année par plusieurs débâcles électorales. Quelque 12,4 millions de personnes, sur une population de 23 millions d'habitants, étaient appelés aux urnes pour désigner un successeur à John Kufuor, qui met fin à ses fonctions après deux mandats, comme le prévoit la Constitution.

Ce scrutin est considéré comme l'occasion de redonner une certaine crédibilité démocratique à l'Afrique après les violences post-électorales qui ont éclaté cette année au Kenya ou au Zimbabwe. A cela se sont ajoutés deux coups d'Etat, l'un en Mauritanie en août, l'autre en Guinée à la veille de Noël.

L'enjeu du scrutin est aussi économique: le pays, deuxième producteur mondial de cacao derrière son voisin ivoirien, deuxième producteur d'or du continent après l'Afrique du Sud, se prépare à extraire du pétrole en quantités industrielles à
partir de la fin 2010.

Les analystes n'écartent pas certains risques à l'issue de l'élection. Le NPP a perdu sa majorité au parlement à l'issue des élections législatives qui se tenaient en même temps que le premier tour de la présidentielle.

Deux des 230 sièges de l'Assemblée nationale restent à attribuer par la commission électorale mais le NCD détient déjà 114 sièges contre 108 au NPP.

Le prochain président du Ghana, qu'il vienne des rangs de l'un ou l'autre parti, devra probablement faire face à une chambre difficile à contrôler, prédit Sebastian Spio-Garbrah, de l'institut Eurasia Group.

La coopération post-électorale sur des questions de base comme le vote du budget ou la confirmation des ministres pourrait être entravée, ajoute-t-il.

Sous la présidence de Kufuor, le pays a connu une période de forte croissance économique, de l'ordre de 5 à 6% par an, et Nana Akufo-Addo promet de maintenir cet élan, malgré les retombées de la crise financière internationale.

 

Le gouvernement sortant a baissé les prix du carburant le 11 décembre dernier, se voyant accusé en retour par l'opposition de tenter d'acheter les voix des électeurs.

Première publication : 28/12/2008

COMMENTAIRE(S)